Macron ? Une clarification, dans un certain sens.

Depuis des décennies la France et l’Europe sont dirigés par deux grands blocs, l’un dit « de gauche » l’autre dit « de droite », mais faisant la même politique avec seulement quelques petites variantes et des groupes (clans) différents.
C’est le PSE – Parti Socialiste Européen – et le PPE – Parti Populaire Européen – qui nous ont imposé, ensemble, cette Europe ni démocratique ni sociale, ultralibérale.
En France le PS et l’UMP (ou LR) ont alterné au pouvoir en veillant bien à défendre les mêmes intérêts de l’oligarchie capitaliste.
La déception et la lassitude ont jeté un discrédit sur ces deux mastodontes qui utilisaient le TINA « there is no alternative » pour faire avaler leur politique et décourager toute velléité de changement. Virer l’un pour avoir l’autre ? Pourquoi…

Macron s’est engouffré dans cet espace en se présentant comme « autre chose » alors qu’il n’était que la réunification des deux blocs, l’UMPS comme nous disions. Dans un sens c’est plus clair, l’adversaire ne sera plus à double visage.

« Le gouvernement Macron est salutaire pour une seule raison : il met au jour, de manière définitive, la grande alliance des libéraux de droite et de gauche, l’unicité profonde du système oligarchique. » Joseph Andras, écrivain, auteur de « S’il ne restait qu’un chien ».

« La « révolution » Macron, c’est la Ve République poussé au bout de sa logique d’écrasement du parlementarisme« . Diego Chauvet, journaliste.

« Un autoritarisme libéral qui fleure bon le second Empire ». Patrick Le Hyaric

« Emmanuel Macron incarne la réunification de la bourgeoisie », par Jérôme Sainte-Marie, Politologue, auteur de l’ouvrage le Nouvel Ordre démocratique

Pour le politologue Jérôme Sainte-Marie, Emmanuel Macron rassemble libéralisme économique et libéralisme culturel, satisfaisant un bloc élitaire qui se sent menacé. Entretien. (à lire en pdf)

Et en avant première, la photo officielle du président pour les mairies, recto et verso

Laisser un commentaire