Nous sommes dans une dynamique hors du commun, par Philippe Torreton

Les mots qui fâchent, chronique de Philippe Torreton dans l’Humanité du 17 février 2017

NOTRE PROGRAMME COMMUN

Pour la première fois de son histoire, la gauche semble prendre en compte l’écologie. Il était temps. Nous avons tout d’abord deux candidats, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon, qui ont compris l’impérieuse nécessité à mettre en place une transition écologique de notre société. Nous avons également un candidat, Yannick Jadot, 100 % écologique, et enfin le prog ra m me du N P A , q u i consacre lui aussi une large place à l’écologie, avec Philippe Poutou. Il y a là une occasion réelle de faire avancer la cause dans ce pays. Cette élection présidentielle peut enfin commencer, nous avons là une responsabilité énorme et un défi politique sérieux à relever, il faut unir ces ambitions ; sans union, la gauche et donc l’écologie resteront bloquées au premier tour. L’écologie est notre programme commun.

Une union autour d’un grand projet écologique mettra en évidence les incohérences et l’absence d’ambition du candidat d’En marche ! dans ce domaine ; elle révélera ses contradictions et ses cachotteries libérales, et le remisera dans les remises d’un système qu’il prétend pourfendre alors qu’il en est la dernière innovation.

NOUS SOMMES DANS UNE DYNAMIQUE HORS DU COMMUN.

Face à cette opportunité historique, j’ai un peu de mal à imaginer qu’on ne réussisse pas à s’unir parce qu’il y aurait des têtes à couper en préalable à toute discussion. Il y aurait là une médiocrité absolue qui trahirait l’imposture écologique du ou des récalcitrants. Nous sommes dans une dynamique hors du commun. Il n’appartient à personne d’éliminer a priori des visages ; s’ils viennent à nous, réjouissons-nous, et s’ils reviennent, ne leur demandons pas ce qu’ils faisaient avant. Je ne me vois pas, plus tard, expliquer aux jeunes générations qui nous demanderont des comptes que nous avons raté cette opportunité pour de telles raisons. À moins que ces préalables stigmatisants ne soient que de pauvres alibis qui tenteraient de camoufler le crime d’ambitions égotistes délirantes, de certitudes originelles de ne rien négocier. Et dans ce cas, nous avons déjà perdu…

Laisser un commentaire