Jeunes et Réfugiés, par Rozenn Le Berre

Réfugiés. « Ces jeunes incroyables sont vraiment des héros »

Interview : de Latifa Madani dans l’Humanité Dimanche du 12 janvier 2017 

Des 547 jours passés à accueillir des mineurs isolés étrangers (MIE), Rozenn Le Berre a tiré un récit où résonne la parole d’enfants qui ont tout risqué et dont le sort peut virer au drame : le 6 janvier, Denke Sissoko, Malien de 16 ans, s’est suicidé à Châlons-en-Champagne. Elle rend aussi hommage à la solitude et l’abnégation des travailleurs sociaux. C’est à eux qu’elle dédie son livre. « de rêves et de papiers ». éditions la découverte

Lire la suite…

1 jeune sur 5 sous le seuil de pauvreté en France !

D’après un article de la revue Alternatives économiques c’est plus de 20% des jeunes qui vivent sous le seuil de pauvreté.

Et cela dans un pays ou les richesses sont gaspillées (grosses fortunes, évasion fiscale, dividendes démentiels qui sapent l’investissement, etc). Un pays riche qui n’est même pas capable de faire vivre décemment sa jeunesse est un pays en échec. Mais ses dirigeants « gardent le cap ».
Une nation riche qui traite ainsi ses jeunes n’est pas un pays civilisé, et les dirigeants de ce pays ne sont par conséquent non plus des gens civilisés… La finance avant l’humain !

http://www.alterecoplus.fr/social/un-jeune-sur-cinq-vit-sous-le-seuil-de-pauvrete-201503300600-00001107.html

3 millions d’enfants sous le seuil de pauvreté, c’est en France.

A la Une de Ouest France le 29 octobre : « En France, la crise touche les enfants »
Il y est dit : « Le dernier rapport de l’UNICEF montre les effets dévastateurs de la grande récession de 2008 pour les jeunes, en particulier dans notre pays »
D’après ce rapport le nombre d’enfants vivant sous le seuil de pauvreté est passé de 15,6% en 2008, ce qui est déjà énorme, à 18,6% en 2012 (3 millions d’enfants !).
         ressources trop faibles pour les familles.
         Privations, logements petits et inadaptés, image de soi dégradée, etc.
Remarquez le titre : « la crise touche les enfants »
C’est « la crise », ce monstre anonyme bien pratique pour camoufler les responsabilités.
NON, ce n’est pas la fatalité (baptisée crise ici), il y a des responsables, des coupables !
Ce sont les différents gouvernements libéraux, de droite ou socialistes, qui ont imposé l’austérité, qui servent ce capitalisme/libéralisme répartissant les richesses de façon scandaleuse.
La misère des enfants est un fait honteux et les responsables ne méritent pas notre respect.

Réforme des retraites : les jeunes vont trinquer ! Tract du collectif de Quimper Octobre 2013

Ensemble, défendons nos retraites !
Pas un trimestre de plus, pas un euro de moins !
Non à cette contre-réforme des retraites !
La gueule de bois pour les JEUNES
!
43 ans de cotisation, CDD, chômage… retraite incomplète demain…
Alors on s’interroge…
Pourquoi entre 18 et 25 ans, les jeunes n’ont-ils toujours pas de droits sociaux ? A part quelques petites avancées pour les apprentis qui pourront valider des trimestres, les étudiants pourront racheter 4 trimestres d’étude à un prix de rachat qui reste à déterminer. Les années de stage et de recherche du premier emploi ne sont toujours pas prises en compte.
Pourquoi, les périodes d’inactivité forcée pour les jeunes ne sont toujours pas prises en compte (stage, périodes de chômage pour ceux qui n’ont pas commencé à cotiser) ? Les politiques actuelles ne protègent pas la jeunesse. Loin d’être protégées par la réforme, les nouvelles générations sont sacrifiées.
Les causes du déficit des retraites sont connues…
Le chômage : 5 millions de personnes sans travail, dont près de 800.000 jeunes de moins de 25 ans, qui ne cotisent pas pour le financement des retraites.
Les exonérations sociales patronales : 30 milliards € chaque année.
Les crédits d’impôt aux entreprises : 20 milliards €, sans contrepartie, soit près de la moitié de ce que rapporte chaque année l’impôt sur les sociétés.
La hausse considérable des dividendes aux dépens des salaires, de la protection sociale et des investissements, due au transfert des revenus du travail vers les revenus du capital. Ces 30 dernières années, la part de la valeur ajoutée revenant au capital est passée de 39,1 milliards € à 298,9 milliards ; dans le même temps, les seuls dividendes vers les actionnaires sont passés de 5% de la valeur ajoutée à 22,4% (INSEE 2012).
La nouvelle réforme de la retraite a été faite parce qu’il manquerait 20 milliards € en 2020… et on voudrait nous faire croire que la cause principale est l’augmentation de l’espérance de vie !… La véritable raison est de satisfaire et de rassurer les marchés financiers et de répondre aux exigences d’austérité de la CommissionEuropéenne et du FMI. N’oublions pas que l’UE et la BCE ont demandé à la France de réduire son déficit public en contrepartie de la mise en œuvre de réformes structurelles, dont celle des retraites.
Il n’est pas acceptable de vouloir faire travailler
plus longtemps les jeunes générations
!
Pour les jeunes, l’allongement de la durée de cotisation à 43 annuités, signifie être au chômage aujourd’hui, car les actifs resteront plus longtemps dans leur emploi, et la certitude de toucher une retraite incomplète demain. Pour les femmes, cette situation sera encore plus insupportable, car elles sont plus nombreuses au chômage et leurs carrières sont en général plus courtes.
Les retraites, c’est avant tout une répartition
des richesses et du travail !
On veut détourner les jeunes du système solidaire de retraites par répartition au profit d’un système d’assurances privées, par capitalisation…
> C’est injuste
> C’est moins efficace que le système solidaire
> C’est un système très vulnérable en cas de nouvelle crise financière, car soumis à la finance internationale
> C’est une solution individualiste, petit bras, qui parie sur le renoncement à imaginer une vie meilleure.
Alors quoi faire ?
Ø     Valider les années d’études, ainsi que les périodes de précarité subies
Ø     Imposer le CDI comme la norme pour tous
Ø     Travailler moins longtemps pour créer des emplois et assurer une vie meilleure
Ø     Répartir différemment la richesse produite en augmentant les salaires (la part de la valeur ajoutée accaparée par le capital le permet)
Ø     Lutter contre les inégalités salariales
Ø     Suppression de toute exonération de cotisations sociales, celle-ci n’ayant créé aucun emploi
La cotisation sociale doit être le seul mode de financement de la protection sociale. Nous devons refuser tout financement basé sur la fiscalité qui légitime le profit et qui écarte les assurés sociaux de la gestion de la Sécurité Sociale !
Alors, je râle seul dans mon coin, je me dis que la retraite c’est foutu pour ma génération… ou je me dis qu’on doit y arriver et que c’est ensemble qu’on est plus fort ?
Relevons la tête !
Prenons conscience de notre force collective ici et tout de suite !
Battons-nous pour un monde différent !
La retraite à 60 ans avec 37,5 années de cotisations, pour un taux plein à 75 %…
 
A vous d’agir, vous avez notre soutien
Le collectif retraites de Quimper (Alternatifs, Front de Gauche, NPA, PCF Quimper/Briec-Quimper-Fouesnant, AC, Attac)

Retraites : c’est reparti. Ayrault après Fillon

Retraites : Hollande veut terminer la réforme Fillon !

Voilà qui est plaisant à entendre sur les ondes de la Radio Publique, tant la propagande néo-libérale y est souvent parallèlement très présente…
Je vous recommande la bonne chronique d’Hubert Huertas le vendredi 14 juin 2013 sur France Culture à 7h30: « Retraites: à dada sur l’équité »