Le peuple syrien victime, les responsables multiples

La situation en Syrie est catastrophique pour la population civile et le pays est détruit. Et les médias en ce moment en font largement écho. Tant mieux. Mais pourquoi ne protestaient-ils pas dès le début quand les grandes puissances ont déclenché le chaos dans ce pays et toute la région ?

  • le mensonge éhonté des « armes de destruction massive »
  • l’intervention militaire qui a suivi
  • la déstabilisation volontaire de toute cette région
  • le soutien aux monarchies peu fréquentables (Arabie Saoudite, Qatar, Emirats Unis, etc) qui jetaient de l’huile sur le feu
  • la vente de Rafales à l’Arabie Saoudite qui les utilise pour détruire l’Ethiopie
  • la complaisance avec la Turquie, soutien larvé de Daech et Etat Islamique (E.I.)
  • le chaos semé en Libye par nos armées, et la guerre civile affreuse qui en résulte
  • etc.. on pourrait continuer hélas

Le pauvre peuple Syrien (on pourrait lui associer celui de Libye) est en fait victime d’une lutte violente entre deux grandes coalitions, et les « occidentaux », au lieu de chercher à apaiser, ont apporté leur soutien actif à l’un des camps pour des raisons peu avouables.

D’un coté les sunnites soutenus par l’Arabie Saoudite, le Qatar, les Emirats, les Etats Unis, l’OTAN, la Turquie d’Erdogan, la France, l’Allemagne, le Canada,..,
de l’autre les chiites soutenus par l’Iran, la Russie, les Kurdes (qui combattent efficacement l’E.I. mais sont la cible de la Turquie),..
Derrière tout cela aussi, évidemment, des intérêts pétroliers et géopolitiques. La notion de « démocratie » n’a rien a voir la dedans. On choisit nos dictateurs… suivant les besoins.
Et les médias persuadent efficacement : il y a les méchants russes et les gentils « rebelles », (on aurait même oublié l’existence de l’E.I.), et nos dirigeants ne se préoccupent que du bien de la population syrienne… tant qu’à faire.  Pas si simple.
En liaison avec tout cela le rôle néfaste de l’OTAN, la nécessité de refonder l’ONU.

Quelques documents à ce sujet :

et quelques anciens articles de ce blog :

et une intervention passée  (2012 ?) de Ron Paul aux USA qu’il est opportun de rappeler

par CARLOS MOREIRA, secrétaire général de la Fédération nationale des industries chimiques CGT

Télécharger la déclaration au format PDF
La guerre, que subissent au quotidien des populations civiles d’autres pays, qui était jusqu’à ce jour vue au travers d’un écran de télévision, a frappé sur le territoire français des hommes et des femmes innocents. Ce jour-là restera un jour noir pour la démocratie. Cette horreur viendra-t-elle réveiller les consciences pour ouvrir des perspectives d’avenir pour la paix, les droits et les libertés ? Ou bien, à l’inverse, va-t-elle servir à des instrumentalisations politiciennes, amplifiant les divisions, le racisme, ou à engager des attaques contre les libertés ?

Lire la suite…

Entretien, Bertrand Badie, professeur à Sciences Po

« Parler de guerre est dangereux »

Bertrand Badie Professeur des universités à Sciences-Po, spécialiste des relations internationales
Pour l’universitaire, sans finalités politiques précises, sans l’accompagnement de mesures économiques et sociales, il n’y aura aucun espoir de rétablir la paix.

Lire la suite…

On récolte ce que l’on sème…

Face à la barbarie, restons fidèle à nos valeurs de fraternité, de liberté, d’égalité, de paix et de respect de l’autre.

Mais faisons aussi en sorte que cela ne se reproduise pas. Il ne faut donc pas passer à coté d’une réflexion sur les causes, lointaines et récentes de ce phénomène.

Lire la suite…

Libye, le chaos – Méditerranée, le drame.

Fuite dramatique de migrants qui se noient en Méditerranée. Chaos en Libye. Guerre civile en Irak….
Ce sont les titres de journaux depuis quelque temps. Les médias « constatent » (à par quelques uns, minoritaires, qui analysent).

Des centaines de malheureux fuient la guerre, fuient les camps de réfugiés. La Libye est devenue un carrefour pour les trafiquants d’armes et les passeurs, « trafiquants de victimes ».

Parlons un peu des responsabilités. Les médias dominants semblent frappés d’amnésie.

Lire la suite…