La Sécu

Pétition 2017 : POUR LA SÉCURITÉ SOCIALE

https://www.change.org/p/pour-la-securite-sociale

Les signataires, plus de 200 000 fin janvier 2017 (voir la liste des premiers sur le site de la pétition) tiennent à manifester leur attachement à la Sécurité sociale, moyen le plus juste et le plus efficient pour un système de santé solidaire, seul à même de garantir l’égalité de toutes et de tous face à la maladie.

 Il est temps de revenir aux fondements de la Sécurité Sociale. 
La Sécurité Sociale telle qu’elle a été arrachée au lendemain de la guerre, doit être rétablie dans son intégralité : remboursement à 100%, transparence et gestion par les salariés.

 1 – Histoire de la Sécu
2 – Les attaques successives
3 – La Santé n’est pas une marchandise
4 – Documents

I – Histoire de la Sécurité Sociale

Le meilleur moyen d’apprendre tout sur sa création et ses objectifs c’est certainement d’aller voir le film de Gilles Perret « La Sociale »

kenloach_lasociale

  • Gilles Perret a réalisé 12 documentaires. Ses films ont pour lien ce pays qui est le sien, les Alpes. A s’attarder chez ses voisins de vallée, il aborde la réalité du monde politique, économique et social. Partir du local pour raconter le global. C’est ce regard singulier qui a fait le succès de ses derniers films sortis en salle comme « Ma Mondialisation », « Walter, retour en résistance », « De mémoires d’ouvriers » ou dernièrement en 2014, « Les jours Heureux ». Aujourd’hui, il nous raconte l’histoire de la Sécurité Sociale, d’où elle vient, ce qu’elle est devenue et ce qu’elle pourrait devenir. Une Histoire peu ou pas racontée jusqu’à ce jour même si elle nous concerne tous.  L’histoire d’une lutte qui n’est jamais finie.

Le site Internet :     http://www.lasociale.fr/

Ce film important, je dirais « indispensable » pour comprendre la Sécu devrait être dans toutes les bibliothèques, dans tous les CDI des lycées et collèges. Il sera disponible en DVD dès le mois de mars 2017 (bon de commande sur le site www.lasociale.fr ).

Un article Eco des pays de Savoie janvier 2016 à propos du film

Ambroise Croizat

Fondée en 1945, sur les bases du programme du Conseil National de la Résistance, la Sécurité Sociale s’est substituée aux premières formes très incomplètes de protection sociale arrachées au patronat par les luttes ouvrières du début du XXe siècle. Elle est un droit fondamental pour tous les citoyens, conçue à l’origine pour demeurer sous leur contrôle. Elle a été créée par le ministre du Travail Ambroise Croizat (ouvrier métallurgiste à 13 ans, puis député communiste du Front Populaire). Elle est alors financée par des cotisations sociales (salaire socialisé) indépendantes du budget de l’Etat. Elle a pour but de protéger tous les individus contre les aléas de la vie réunis dans un seul ensemble cohérent : Maladie – Famille – Vieillesse (donc Retraite).

II – Les attaques successives

Ambroise Croizat déclarait en 1945 : « Ne parlez pas d’acquis sociaux mais de conquis sociaux parce que le patronat ne désarme jamais »

1967 – Les ordonnances : on met fin au paritarisme en donnant la majorité de fait au patronat, on éclate la Caisse Nationale de Sécurité Sociale en branches pour casser la solidarité

1983 – Le forfait hospitalier

1987 – Un million de manifestants à Paris

1990 – La CSG de Michel Rocard (une brèche dans le système de cotisation remplacée en partie par l’impôt) –> hélas repris aujourd’hui par Mélenchon

1993 – loi Balladur : allongement de la durée de cotisation pour les retraites

1995 – Le plan Juppé : on fait entrer la Sécu dans le domaine des politiques publiques, donc on lui enlève son indépendance

2003 – Le plan Fillon – nouvelle grande mobilisation pour les retraites

2009 – La loi Bachelot

2015 – Loi Touraine

III – La Santé n’est pas une marchandise

La Santé n’est pas une marchandise, mais un bien commun. Seulement, en régime capitaliste tout ce qui peut être source de profit est la cible du monde de l’argent.

  • les exonérations de cotisations patronales doivent cesser
  • les multinationales du médicament enrichissent honteusement leurs actionnaires sur le dos de la Sécu. Il faut construire un pôle public du médicament (contrôle des prix et politique de recherche)
  • les cliniques privées se développent en ne s’occupant que du secteur « rentable » et en engraissant des actionnaires au détriment de la Sécu. Même fuite en avant vers les laboratoires d’analyse privés et lucratifs.
  • les mutuelles, qui d’ailleurs n’auraient pas lieu d’exister si la Sécu était restée une protection totale, perdent de plus en plus leur caractère de « mutuelle », se lancent même dans le secteur juteux de certaines « complémentaires », et parfois sont actionnaires de cliniques privées !

Le « trou de la Sécu » est un mythe pour manipuler l’opinion et faire accepter les reculs (qualifiés de « réformes »). En réalité la Sécu est pillée et son équilibre pourrait être rétabli.

On ne raisonne plus en termes de solidarité, de bien public, mais en termes comptables. On en voit le résultat : notre système de santé qui était un des meilleurs se dégrade constamment et la situation devient critique. Idem pour le système de retraite. tout cela parce que depuis ces dernières décennies nos dirigeants de la grande coalition (socialistes et droite) aussi bien au niveau national qu’européen se sont mis au service des grandes puissances financières (qui de fait conduisent la politique par leur intermédiaire).

Défendre la Sécu n’est plus suffisant, il faut la restaurer, la rétablir dans son état initial. Cela toujours été un rapport de forces. Il nous est en ce moment défavorable, raison de plus pour bouger, pour nous redresser, pour nous rassembler…

IV – Quelques documents

Video – Le film accablant sur le déclin organisé de la SNCF

Qualité empêchée, souffrance au travail, perte de sens pour les salariés…

Retards, annulations de trains, accidents pour les usagers…

Tous les travers de la privatisation du rail anglais, que le réalisateur britannique Ken Loach dénonçait en 2001 dans son film The Navigators, deviennent une réalité quotidienne en France.

Lire la suite…

Statut des fonctionnaires : un bien culturel

Après les déclarations d’Emmanuel Macron selon lequel il serait « inadéquat »

Le Statut : bien culturel

par Gérard Aschieri, membre du Conseil économique, social et environnemental,
et Anicet Le Pors, ancien ministre de la Fonction publique.*

Le plus navrant dans la récente polémique autour du statut général des fonctionnaires est d’avoir pu vérifier l’indigence culturelle d’un ministre, haut fonctionnaire de formation, qui semble tout ignorer de l’économie du service public, de son histoire, des concepts qui le fondent, et qui ne lui offre comme perspective que la précarité, le chacun-pour-soi et la fusion dans une mondialisation commandée par la finance, immorale, conflictuelle, attentatoire à la démocratie, matrice d’inégalités croissantes, menaçante pour la paix et l’avenir de notre planète.

Lire la suite…

J. Stiglitz : « Vous, les Français, vous avez raison de défendre votre modèle social ! »

Les Français sont paresseux ! C’est la chose la plus stupide que j’aie jamais entendue. JosephStiglitzVotre pays est l’un des plus développés au monde, vous avez des entreprises magnifiques, une énergie créatrice, vous créez de la valeur et cela ne vous est pas tombé dessus par hasard. C’est le fruit de l’Histoire, bien sûr, mais aussi du travail et de la créativité de votre nation depuis des générations et des générations. Contrairement à beaucoup d’autres pays développés, je crois sincèrement que vous, les Français, vous avez su construire un modèle social généreux qui ne laisse presque personne au bord de la route.

Lire la suite…