INJURE AU PANTHÉON

par YVES LETOURNEUR

Déjà traître à lui-même, à ses engagements,

Jusqu’à l’extrême de ses honteux reniements,

Le voilà de surcroît à tout un pan d’Histoire

Ce président borné, qui refuse la gloire

Du Panthéon à ces courageux résistants

Sans lesquels nous n’eussions chassé les occupants

De notre territoire et libéré la France

En aidant nos Alliés à pousser leur avance !

C’est qu’ils étaient pour lui et le restent toujours

Des ennemis de classe, étrangers au parcours

Du camp qu’il représente ; un camp qu’on sait duplice

Et de nos jours en fait plus que jamais complice

Du maintien résolu de l’ordre dominant.

Donc pas question qu’une Marie-Claude Vaillant-

Couturier ; qu’un Missak Manouchian, ce poète,

Chanté par Aragon, dont s’affichait la tête

Parmi les vingt et deux du groupe arménien

Qui seront fusillés au mont Valérien,

Se puissent retrouver sur la liste officielle

D’une célébration à ce point solennelle.

Nous en sommes au temps d’un vrai rapt d’héritage

Ou de la République étant prise en otage

Par quelques dévoyés de droite ; ou, dans ce cas,

De l’honneur national par cette gauche-là !

 

1 réflexion au sujet de “INJURE AU PANTHÉON”

  1. Je suis allée sur le blog d’Yves Letourneur .
    La politique au quotidien versifiée .
    Surprenant contraste entre l’élégance de la forme et les sujets qui expriment dans leurs grandes diversités
    les insupportables comportements de l’homme formaté par le capitalisme .

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.