Pablo Iglesias interroge Thomas Piketty

1 réflexion au sujet de “Pablo Iglesias interroge Thomas Piketty”

  1. Podémos et la révolution bolivarienne…

    Plusieurs dirigeants de Podemos ont pris position, ces derniers jours, contre le gouvernement de la République bolivarienne du Venezuela. Ils reprochent à Nicolas Maduro d’avoir fait arrêter le Maire de Caracas, Antonio Ledezma, suite à la tentative de coup d’Etat déjoué ces dernier jours –
    Tania González, députée européenne de Podemos, lors d’une conférence de presse (que l’on peut retrouver ici ) a condamné l’arrestation du Maire de Caracas Antonio Ledezma. Ce dernier a été arrêté et transféré devant la justice pour avoir participé à une tentative de coup d’Etat contre le gouvernement légitime et démocratique du Venezuela.

    Pablo Iglesias, Secrétaire général de Podemos, dans une émission sur Telecinco, a déclaré : “Je vais être très clair sur ce point, je ne aime pas un maire soit arrêté. Savoir si il a commis un crime c’est secondaire. Mais je n’aime pas cela arrêter un maire “. De plus, en encore plus grave, le leader de Podemos c’est dit favorable à la présence des multinationales espagnoles au Venezuela et a demandé au gouvernement vénézuélien et au gouvernement espagnol “d’abaisser la tension”, légitimant ainsi l’ingérence espagnole dans la politique interne du Venezuela. (source ici )
    Pourtant certains leaders de Podemos continuent d’utiliser l’image de Chavez, pour réclamer un changement en Espagne, notons qu’en ce qui concerne le Maire de Caracas, Antonio Ledezma n’en est pas à son coup d’essai. Il y a un an, le maire de Caracas lançait conjointement un appel à la rébellion avec le responsable de l’opposition de droite vénézuélienne, Leopoldo Lopez.
    Non content d’avoir provoqué des manifestations qui s’étaient soldées dans le sang, l’élu de la capitale est aujourd’hui accusé d’implication dans la préparation d’un coup d’État contre le pouvoir du président vénézuélien, Nicolas Maduro. Vendredi,(20 février) sur ordre du parquet, il a été placé en détention provisoire après son arrestation, la veille.
    Aussitôt, ses partisans ont dénoncé « un acte désespéré de la dictature » mais ont échoué à rassembler plus de 200 à 300 partisans pour protester contre l’arrestation à Caracas.
    Dans une allocution, le président Maduro a assuré qu’Antonio Ledezma devait répondre « devant la justice pour tous les délits commis contre la paix du pays, la sécurité et la Constitution »
    Alors Podemos « ni de droite, ni de gauche » ?
    R.D.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.