Pas de politique sociale sans s’en donner les moyens ! Les divergences sont grandes à gauche..

Le refrain habituel pour justifier l’austérité “Il faut diminuer les dépenses publiques“.. Et bien non ! Au contraire ! Il faut augmenter les dépenses publiques pour développer les services au public, école, santé, aide à la personne, revenu étudiant, etc.. Vous remarquerez qu’on nous parle toujours de dépenses, de ressources limitées., mais jamais des recettes.
Or le moyen d’avoir des dépenses suffisantes c’est d’augmenter les recettes de l’État, sujet tabou car cela suppose de s’attaquer au système actuel bien rôdé. Cela suppose d’examiner la répartition des richesses, les profits abusifs, l’évasion fiscale, etc.. Et bien sûr cela suppose une volonté politique. C’est un des nœuds du choix actuel.

Un exemple lors du passage de Fabien Roussel à Sciences Po le 15 février. Lorsqu’il propose de réaliser l’égalité de salaire entre les femmes et les hommes son contradicteur, un professeur de Sciences Po, lui rétorque “mais c’est impossible, ça coûterait beaucoup trop cher !“, la réponse de Fabien Roussel fut applaudie par les étudiants : “Vous voyez ce qu’on vous apprend : que l’égalité salariale homme/femme ne doit pas être réalisée car cela couterait trop cher, et que certains tousseraient, et bien qu’ils toussent..”

Et les journalistes répètent, à propos des propositions du candidat : “Mais où allez-vous trouver l’argent ?


Et là les candidats de gauche divergent dans leurs “recettes”.. Chez les libéraux, les sociaux démocrates roses ou verts, on propose de saupoudrer, mais sans toucher au système, on on se met à très court terme au service des requins de la finance. On connait, on a déjà donné…

Eric Bocquet, sénateur, spécialiste des questions de la fraude et de l’évasion fiscale, auteur avec son frère Alain, du livre “Milliards en fuite” connait parfaitement le problème et a rédigé le plan de financement du programme de Fabien Roussel.

https://ericbocquet.fr/expression/interviews/article/eric-bocquet-dans-l-emission-angle-d-attac-sur-radio-campus-lille-pour

cela donne une idée de l’ampleur mais j’imagine que l’argent caché aux paradis doit être encore plus important. En tous cas de l’argent il y en a. Il coule à flot et ne sert à rien là où il se trouve…

 

Les moyens pour une politique au service de la population, de la justice sociale, de l’emploi, de la transition écologique dans le programme de Fabien Roussel

Pour l’économiste Denis Durand, directeur de la revue Économie & Politique, Jean Luc Mélenchon est bien timoré dans le domaine des moyens.

Dans la lettre du RAPSE, une comparaison entre les propositions à gauche sur les moyens, les ressources

Le passage de Fabien Roussel à Sciences Po le 15 février :

Le CAC 40 : il n’y a pas d’argent, disent-ils.. Et ce n’est qu’un aspect, il y a aussi les cadeaux sans contrepartie d’argent public aux grandes entreprises, l’évasion fiscale tolérée, le coût du capital…

Et on pourrait continuer, pendant la pandémie l’industrie pharmaceutique a battu des records de profits versés à des actionnaires qui s’enrichissent en dormant.
Le nombre de milliardaires explose ainsi que le gaspillage généré par ces parasites. C’est le capital qui nous coûte cher !

OXFAM, association qui lutte contre la pauvreté dans le monde, lance une pétition contre ce gâchis

https://www.oxfamfrance.org/pour-lutter-contre-les-inegalites-taxons-les-plus-riches/

En complément mon petit dossier sur la fraude fiscale et les paradis fiscaux -tolérés par nos dirigeants complaisants car au service de ceux qui en profitent-

Share Button

1 réflexion au sujet de « Pas de politique sociale sans s’en donner les moyens ! Les divergences sont grandes à gauche.. »

  1. On ne peut transiger avec le type de société dans lesquelles nous survivont nous n’avons qu’une seule option c’est le changement de société radicalement opposée au capitalisme et ou le moindre aménagement du capitalisme est une tromperie .

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.