Grèce : un accord contraint qu’il ne faut pas soutenir.

Bel aveu du président du Conseil européen Donald Tusk : “Je suis surtout inquiet des risques de contagion politique et idéologique. Avec ce qui se passe en Grèce, est apparue l’illusion idéologique qu’il est désormais possible de changer le cours de l’Europe, qu’on peut construire une alternative à la vision traditionnelle de l’Europe, au discours sur l’austérité. Je trouve l’atmosphère très similaire à celle de l’après 1968. Je sens un état d’esprit, peut-être pas révolutionnaire, mais un sentiment d’impatience en Europe”


Emmanuel Tood : “L’Europe se suicide sous direction allemande.”


Marie-George Buffet : “Mercredi, le parlement va être, par défaut , une fois l’affaire réglée, consulté sur le résultat d’une mise en cause sans précédent du droit d’un peuple à décider de son avenir, pour moi c’est clair, le vote contre.”


Cécile Duflot : “Ce n’est pas un compromis, mais bel et bien un diktat. Son acceptation est une manière de renoncer aux valeurs de l’Europe”


Europe 13 juillet : un jour d’infamie, par Raoul-Marc Jennar

“Une dictature d’un mode nouveau s’est installée en Europe. Elle mène une guerre d’un mode nouveau contre les peuples. Nous venons de subir une terrible défaite.”

http://www.jennar.fr/?p=4435


Zoé Konstantopoulou, présidente du parlement grec : « Jamais je ne pourrai voter et légitimer le contenu de l’accord »


Pierre Khalfa, Fondation Copernic : Les propositions de l’Eurogroupe sont de la folie


Joseph Stiglitz, prix Nobel d’économie : L’Allemagne « a porté un coup sévère et ébranlé l’Europe » avec la crise grecque, a accusé dimanche l’économiste Joseph Stiglitz. « Vous ne pouvez pas gérer une zone euro sans un minimum de solidarité. (Cette crise) sape complètement la vision commune et la solidarité européenne. C’est un désastre », a confié l’ancien chef économiste de la Banque Mondiale et prix Nobel d’économie, jugeant qu’il serait « déraisonnable » que les négociations en cours à Bruxelles aboutissent à demander « encore davantage » à la Grèce.


Jean-Luc Mélenchon : «Un revolver sur la tempe », selon ses propres termes : Tsipras a signé un « compromis ». Aussitôt, les trompettes des louanges relaient la traditionnelle propagande gouvernementale pour célébrer le rôle de facilitateur de Hollande, la force du « couple franco-allemand » et réciter les refrains, les mantras et les calembredaines habituelles des eurolâtres. La vérité toute crue est, une fois de plus, à des lustres des pseudos analyses de commentateurs qui ne comprennent pas ce qu’ils voient, parlent de textes qu’ils n’ont pas lu et font réagir des « responsables politiques » sans autres informations que celles données par ces plus que douteux intermédiaires.

Lire la suite…

Le discours d’Alexis Tsipras au Parlement européen le 8 juillet

L’intégralité de l’intervention d’Alexis Tsipras, ce matin au Parlement Européen. A diffuser massivement ! Nous devons être notre propre média.

Mesdames et messieurs les députés, je ne suis pas de ceux qui prétendent que tous les maux du pays sont à mettre sur le dos des pays étrangers ; Si la Grèce est dans cette situation, c’est parce que pendant des décennies, les divers gouvernements successifs ont gouverné de façon clientéliste en soutenant la corruption, en jouant le jeu d’une collusion avec le pouvoir économique, en ne contrôlant pas la fraude fiscale des plus riches. D’après le crédit suisse, 56% des richesses nationales seraient entre les mains des 10% de la population grecque, et au plus fort de l’austérité, ces 10% de la population grecque ont été épargné et n’ont pas contribué à supporter le fardeau comme c’est le cas des 90% de la population restante.

Lire la suite…

L’Honneur d’un homme de gauche… Le ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis, démissionne.

Et si nous avions eu de tels ministres plutôt que nos ventres-mous libéraux…. Il s’en explique : “Le référendum du 5 Juillet restera dans l’histoire comme un moment unique où une petite nation européenne s’est levée contre la servitude de la dette. Comme toutes les luttes pour les droits démocratiques, le rejet historique de l’ultimatum posé le 25 juin ultimatum à la Grèce par l’Eurogroupe n’est pas sans coût. Il est donc essentiel que la grande confiance accordé à notre gouvernement … Lire la suite…

Synthèse du rapport de la Commission pour la vérité sur la dette grecque

Synthèse du rapport de la Commission pour la vérité sur la dette grecque Un bon résumé de l’audit réalisé sur la dette grecque qui prouve que ceux qui nous dirigent (FMI, UE, BCE, gouvernements) sont des gangsters au service du monde de la finance. Et aussi une petite vidéo “3 idées reçues sur la Grèce”

APPEL au Président de la République

APPEL au Président de la République : “La place de la France est aux côtés du peuple grec

Monsieur le Président de la République,
La crise grecque s’exacerbe de façon alarmante. Chaque jour qui passe peut, soit nous
rapprocher d’un accord utile à toute l’Europe, soit d’une rupture dont personne ne peut
prévoir les conséquences. L’intransigeance des principaux dirigeants européens peut
nous conduire alors au bord de l’abîme.

Lire la suite…

Excellent discours de Sahra Wagenknecht au Bundestag

Madame Merkel , arrêtez de faire le jeu des USA et défendez plutôt les intérêts des Européens ! Le 19 mars 2015 la porte-parole de Die Linke intervenait devant Mme Merkel. En quelques minutes elle résume de façon claire la situation : – Europe, USA, Russie, Ukraine, Paix, OTAN, Grèce, TAFTA . A écouter jusqu’au bout ! (13 minutes)