Pays bigouden rouge

 La Bigoudénie est-elle rouge ?

Hélas non, elle a subi la vague morose et résignée comme beaucoup d’autres, mais une partie de la bigoudénie a été bien rouge !

Il y avait en Cornouaille (Sud Finistère) trois foyers rouges : Douarnenez, Concarneau, et… le Pays Bigouden.

Quelques exemples

*1675 la  Révolte des Bonnets Rouges ici aussi, document 1

*La Révolte des Bonnets Rouges, document 2

* Les cahiers de doléances de Pont L’Abbé en 1789 étaient très en pointe et parmi les rares à mettre en cause la bourgeoisie

La lutte entre les Blancs et les Rouges au début du XXe siècle (à compléter… au moment de la séparation de l’Église et de l’État en 1905, avant et après)

* Les luttes des ouvrières sardinières en 1926 – voir le site www.sardinieres.wordpress.com

belle affiche de Le Quernec en vente à l’Union locale CGT de Pont L’Abbé

Affiche inspirée par le défilé des sardinières de Lesconil en grève se dirigeant vers Guilvinec pour convaincre leurs collègues de se joindre au mouvement (1926)

* Le littoral bigouden, un foyer de Résistance important lors de la guerre 1940-44 – voir le site www.bigouden1944.wordpress.com

Dans peu de cimetières comme à Lesconil on peut voir sur les tombes des étoiles rouges et des drapeaux avec faucille et marteau (carré des fusillés de 1944).
En voici deux exemples :

 

* – Film de 11 min sur la fête du Parti  Communiste à Pont L’Abbé en Août 1938, avec Marcel Cachin et Alain Signor (archives Breiz Nevez – Bretagne Nouvelle)

* Des maires communistes en Pays Bigouden

Jean-Désiré Larnicol élu en 1935 maire de Tréffiagat, destitué en 1939 par le gouvernement Daladier.
élu conseiller général du canton de Pont L’Abbé de 1945 à 1949

Jean Le Brun maire du Guilvinec de 1965 à 1983

Albert Hénot maire de Tréffiagat de 1971 à 2003

Roger Coquelin (sympathisant communiste) maire de Penmarc’h de 1977 à 1983

Emile Bargain maire de Treguennec de 1989 à 2001

* Un député

Alain Signor député communiste de 1946 à 1955

* Naissance et Implantation du PCF à Lesconil, par Raymond Cariou

* Historique des luttes ouvrières à Lesconil, par Raymond Cariou

Pendant des années tous les foyers bigoudens recevaient par la Poste le journal mensuel du PC bigouden “Le Travailleur Bigouden”.

Les tout-premiers n° étaient ronéotypés : N°1 d’octobre 1966 au N° 12 de juillet -août 1968. Il faut reconnaître que c’était très rudimentaire. Mais au fur et à mesure du succès des Fêtes du Travailleur Bigouden les finances ont permis de passer à la version imprimée. Le dernier N° paru est le N° 166 du 2e trimestre 1997.  Disparition due au fait que la poste à imposé à cette époque des conditions que les finances ne pouvaient absolument plus supporter.
“Le Travailleur Bigouden” à tour à tour été mensuel , puis bimestriel , voire trimestriel en fonction des ressources. Le tirage moyen  était de l’ordre de 18 000 exemplaires par numéro .

vers 1975, collectif de rédaction du Travailleur Bigouden, de g à d : Gaston Balliot, Jean Kervision, Albert Hénot maire de Tréffiagat, Paul Lemarchal, Guillaume Bodéré, Jacques Nicolas, José Kervision, Jean Le Brun maire du Guilvinec, Raymond Cariou, Jean-Désiré Larnicol, Bastien Volant, Jean-Louis Guiziou, Claude Delunardo

 

* Les noms de bateaux du port de Lesconil :

Chose remarquable dans le port de Lesconil, les marins ont donné à leurs bateaux des noms s’inspirant d’idées humanitaires, des noms de grands hommes, savants, écrivains qui ont combattu pour de grandes causes, pour la paix, contre le fascisme, des noms de révolutionnaires de tous pays qui souvent ont donné leur vie pour leur noble cause.
Déjà, avant la première guerre mondiale 1914-1918, nous avions dans  le port de Lesconil :

– Les deux Frères Républicains: Corentin Divanach (Divanach Couz);

Dreyfus (officier juif injustement condamné au bagne pour trahison et dont l’affaire a la fin du siècle dernier remua la France entière) : Corentin Primot­

Esclave du Riche: Pierre Cariou.

Et entre les deux guerres et après :

Jean-Jaurès (militant socialiste, député, fondateur de L’Humanité , assassiné le 31 juillet 1914) Laurent Durand (Laurès Duren).

André Marty (officier mécanicien a bord du « Protet » , l’un des dirigeants de la révolte de la Mer Noire, député communiste) : Pierre Le Moigne (Per Bihan).

Lénine (stratège de la révolution d’octobre 1917, fondateur de l’Union Soviétique) : Jean-Marie Drézen (Drézen Couz),

Sacco et Vanzetti (ouvriers italiens, accusés sans preuve d’un crime en 1920 aux Etats-Unis ; électrocutés en août 1927: pour le juge : coupables ou non, Ils sont les ennemis de la société. parce que anarchistes) : Nicolas Le Bec.

Rosa Luxembourg : (socialiste allemande, fondatrice du Parti Communiste allemand, assassinée le 15 janvier 1919) : Etienne Le Moigne.

Karl Liebknecht :, (Militant socialiste allemand, organisateurs de la résistance à la trahison de leur parti en 1914 et de la lutte contre la guerre impérialiste, fondateur du Parti communiste allemand, assassinés le 15 janvier 1919) : Corentin Divanach (Divanach Couz)

Karl Marx (philosophe allemand du 19e siècle, fondateur de notre doctrine, le socialisme scientifique) : Corentin Divanach (Divanach Bihen).

Krassine (Premier ambassadeur des Soviets à Paris en 1924, ingénieur de grand talent, un des dirigeants du parti Bolchevik) : Louis Charlot.

Jeanne Labourbe (institutrice française à Odessa, joua un grand rôle dans la fraternisation des marins et soldats français avec les soldats de l’Armée Rouge, fusillée le 1er mars 1919) : Pierre-Marie Cossec (Rouzar).

Badinat (marin français parmi les dirigeants de la révolte de la Mer Noire) Louis Cossec (Louis Vicent).

Albin Koeb (marin allemand, l’un des chefs de la révolte de la flotte de haute mer allemande en 1918 : Maurice Durand (Molis Duren).

Henri Barbusse (auteur du livre immortel  « Le Feu », combattant de 14-18, consacra le reste de ses forces à la lutte contre la guerre et le fascisme) : Yves Biger , Maurice Biger ( Mol ar Biger)

Démocratie : Louis Cossec (Louis Vicent).

Les Droits de l’Homme : Pierre Stéphan (Per Stéphen).

Paix Universelle : Alour Daniel (père de Mme Léon Girard).

Honte aux indifférents (charge vengeresse contre ceux qui ne s’intéressent à rien, contre les pantouflards, etc…) : Hervé Volant (Volen Couz).

Barra (jeune héros de la Révolution française, mort en 1793 à 14 ans, près de Cholet, pendant la guerre de Vendée) : Jean Cariou.

Auguste Blanqui (célèbre socialiste et révolutionnaire français : 30 années de prison) : Pierre-Jean Cariou.

La Voix du Vent d’Est (la voix du vent soufflant du pays des Soviets) : Louis et Alain Larnier) (Louis et Lan ar Meiller).

L’Egalité : Louis Larnicol et Jacques Le Lay (Chag A Lay).

Paix Universelle : Jean Guénolé.

Romain Rolland (grand écrivain, consacra sa vie à la lutte contre la guerre et le fascisme) : Pierre Le Moigne (Per Moingn).

Exploité de la Mer : Etienne Le Brenn (Stephen a Brenn) et Albert Primot.

Spartacus (chef des esclaves révoltés dans Rome, il tint tête aux légions pendant deux ans, tué en 71 ans avant Jésus-Christ) : Albert Cadiou.

Bien-être et Liberté : Cariou (Stéphannic).

Travail – Bien-être : Julien Faou.

Pauvres de Nous : Paul Le Bleis (Polig a Bleis).

Paul Vaillant-Couturier (officier des chars pendant la guerre 14-18, un des fondateurs du Parti communiste, député, maire de Villejuif, rédacteur en chef de. L’Humanité. de 1926 à 1937 : Corentin Divanach (Divanach Bihen).

Sadoul (officier français à l’ambassade de France à Moscou, témoin de la Révolution d’octobre 1917, grand ami de l’Union Soviétique) : Pierre Stéphan (Per Stephen).

Le Petit Socialiste : Yves Gentric (Cheintric Couz).

Prolétaire : Pierre-Jean Castric, Jean Cadiou, Louis Le Bleis, Louis Cossec (Louis Vissent).

Les Droits de l’Homme : Pierre Marie Le Moigne.

La Voix du Peuple : Jean-Marie Morzadec.

Camélinat (Cet homme célèbre de l’immortelle Commune de Paris de 1871, Directeur de la Monnaie. disait: « Je ne pourrais pas supporter d’être riche, l’argent pourrit l’esprit et durcit le coeur » ) : Jean-Marie Quéméner (Reutar).

Marcel Cachin (notre compatriote, né à Paimpol). Professeur de philosophie, entré au journal de Jaurès « L’Humanité », en 1912, l’un des fondateurs de notre parti, longtemps député de Paris, doyen de l’Assemblée nationale. Directeur de « L ‘Humanité », organe central de notre Parti, de 1918 à 1958) : Louis Charlot.

Louise Michel (institutrice, encore une remarquable figure de la  Commune de Paris» de 1871. déportée au bagne de Nouméa en Nouvelle Calédonie. puis réfugiée à Londres de 1890 à 1895, morte à Marseille en 1905) : Yves Charlot (Youin).

Stalingrad (la fameuse bataille, le tournant décisif de la seconde guerre mondiale, grande défaite des armées hitlériennes début 1943. L’Armée Rouge entamait la libération de l’Europe entière) : Etienne Larzul, Jean Le Bec.

Paul Langevin (physicien de renommée mondiale, ses inventions permirent de détecter et de combattre les sous-marins allemands en 14-18. Membre de notre parti, ardent combattant de la paix) : Etienne Le Moigne.

Alain Le Lay (né à Lesconil, quartier de Ménez-Veil, instituteur ; l’un des dirigeants de notre parti dans le Finistère avant-guerre ; militant clandestin, arrêté dans le Morbihan en 1941 ; livré aux nazis par la police. française. ; déporté en Allemagne, assassiné au camp d’extermination d’Auschwitz) Manu et Denis Guillamet.

La cellule du quartier de Ménez-Veil a pris le nom d’Alain Le Lay; Concarneau a également donné le nom d’Alain à l’une de ses rues.

Joliot-Curie (Irène, professeur à la Sorbonne, directrice de l’Institut du Radium, sous-secrétaire d’Etat à la Recherche scientifique en 1936 dans le gouvernement de Front populaire Léon Blum; Frédéric, professeur au Collège de France, son nom est attaché à la fameuse pile Zoé, membre éminent de notre parti.
Irène et Frédéric, prix Nobel de Chimie en 1935 en tant qu’inventeurs de la radio-activité artificielle. Tous les deux furent chassés du Haut Commissariat français à l’énergie atomique par quelque petit gouvernement réactionnaire) : Gabriel Faou et René Donnard.

Baudin: représentant du peuple à l’Assemblée de 1849; tué à Paris sur une barricade le 3 décembre 1851, au lendemain du coup de force de Napoléon (le petit) (Jean Quémener : Jean Colaic).

-Vive Le Bail : le député radical, le “rouge” du “Cheval d’Orgueil”) : Corentin Guillamet.

-La Marseillaise I : Francis Le Brenn, Alain Scoarnec, Etienne Le Brenn, Louis Le Fur.

-La Marseillaise II : Alain Simon et Lili Le Fur (fils de Louis).

-Guy Mocquet : (l’un des 27 otages, fusillé à Chateaubriant à 17 ans le 22 octobre 1941) : Pierre Cossec (Rouzar Bihen)

* Les noms des rues de nos communes

Lesconil :

Rue Marcel Cachin

Rue Danielle Casanova

Rue Adrien Delavigne

Rue Paul Eluard

Rue Jean Jaurès

Rue Joliot-Curie

Rue Paul Langevin

Rue Guy Mocquet

Rue Jean Moulin

Rue Romain Rolland

Rue Voltaire

Rue Emile Zola

Rue des Franc-Tireurs

Rue des Martyrs

Rue de la Paix

Place de la Résistance

Tréffiagat-Léchiagat

lien vers un article à ce sujet

rue Danton

rue Jean Jaurès

rue Emile Zola

rue Jean Tirilly

rue Raphaël et Xavier Quideau

rue Jos Quiniou

rue Capitaine Le Drezen

rue Albert Pochat

rue Edgar Le Coz

rue Georges Adam

rue Jean Baudry

rue JJ Rousseau

rue Joliot Curie

rue de la Paix

rue de la République

rue Voltaire

rue Victor Hugo

Le Guilvinec

école Jean Le Brun

rue Alain Le Lay

rue Ambroise Croizat

rue du Colonel Fabien

rue Danielle Casanova

rue Emile Zola

rue Eugène Berrou

rue des fusillés de Poulguen

rue Gabriel Peri

rue Guy Mocquet

rue Henri Barbusse

rue Jean Baudry

rue Jean Jaurès

rue Jean Moulin

rue Jean-Pierre Timbault

rue Jules Guesde

rue de La Liberté

 

rue Lucien Sampaix

rue Marcel Cachin

rue Marcel Sembat

rue Marc Scouarnec

rue Michel Baltas

rue Pablo Neruda

rue Paul Eluard

rue Paul Langevin

rue Pierre Curie

rue Pierre Semard

rue Politzer

rue du pdt Allende

rue Raymond Le Corre

rue Roger Guillamet

rue Romain Rolland

rue Voltaire

rue Yves Frelaud

Pont L’Abbé

rue Alain Signor

rue Colonel Rol Tanguy

rue Jean Jaurès

Rue Louis Lagadic

rue Marcel Cariou

rue Pierre Volant

rue Raymond Guenet

rue Voltaire

Penmarc’h

rue Ambroise Croizat

rue des Bonnets Rouges

rue Colonel Fabien

rue Danielle Casanova

rue François Peron

rue Frédéric Joliot Curie

rte des fusillés de 1944

rue Gabriel Peri

rue Guy Mocquet

rue Jean Jaurès

rue Jean Moulin

rue Jules Guesde

rue Marcel Sembat

rue Paul Eluard

rue Paul Langevin

rue Pierre Curie

rue Pierre Semard

rue Pierre et Jean Dupouy

rue Voltaire

Loctudy

même à Loctudy on trouve un quai Guy Laurent !

ainsi qu’une rue Corentin Cariou

mais n’y cherchez pas une rue Jean Jaurès…