Ce système conduit les gens à devenir les complices de ce qui les broie

Christophe Dejours : « Ce système conduit les gens à devenir les complices de ce qui les broie »

Chiffres, objectivité… l’idéologie gestionnaire est générale.
Cheval de Troie du néolibéralisme, elle conditionne chacun à collaborer à cette mécanique folle et délétère, dont Christophe Dejours démonte un à un les rouages.

Après une première audience technique en décembre 2018, le procès des suicides à France Télécom, qui s’ouvrira en mai, devrait marquer 2019. Didier Lombard, le PDG de France Télécom entre 2005 et 2011, et six cadres sont renvoyés devant la justice pour « harcèlement moral ». À travers eux, c’est l’organisation du travail provoquant cette vague de suicides qui est mise en accusation, celle qui n’a que la gestion pour alpha et oméga. Depuis plus de trente ans, Christophe Dejours explore l’impact de l’organisation du travail sur la santé mentale des travailleurs. Il dénonce le danger que fait courir la gouvernance par les nombres aux entreprises, aux services publics mais aussi à la société entière.

Lire la suite…

Médias : la main-mise sur l’opinion

Patrick Le Lay, PDG de TF1 en 2004 : “ce que nous vendons…, c’est du temps de cerveau disponible.”

Pierre Bourdieu : “La télévision est le lieu de censures multiples, y compris pour ceux qui les exercent.”

Bertold Brecht : “Dans toute idée, il faut chercher à qui elle va et de qui elle vient ; alors seulement on comprend son efficacité.”

Albert Camus : “Il n’y a ni justice ni liberté possibles lorsque l’argent est toujours roi.”

Noam Chomsky : “La propagande est aux démocraties ce que la violence est aux dictatures.”

Coluche : “On ne peut pas dire la vérité à la télé, il y a trop de gens qui regardent.”

Malcolm X : “Si  vous n’êtes pas vigilant, les médias arriveront à vous faire détester les gens opprimés et aimer ceux qui les oppriment.”

Malcolm X : “Si vous continuez à écouter les médias, vous allez finir par vous battre entre pauvres.”

Noam Chomsky, linguiste – interview à la radio étudiante American Focus : “L’endoctrinement n’est nullement incompatible avec la démocratie. Il est plutôt, comme certains l’ont remarqué, son essence même. C’est que, dans un État militaire, ce que les gens pensent importe peu. Une matraque est là pour les contrôler. Si l’État perd son bâton et si la force n’opère plus et si le peuple lève la voix, alors apparaît ce problème. Les gens deviennent si arrogants qu’ils refusent l’autorité civile. Il faut alors contrôler leurs pensées. Pour ce faire, on a recours à la propagande, à la fabrication du consensus d’illusions nécessaires.”

Lire la suite…

Les criminels des temps modernes, un point de vue par Jean Gay

LES « CRIMINELS DES TEMPS MODERNES » en PDF
La nation est en danger, il faut battre le tambour, Par JEAN GAY INGÉNIEUR RETRAITÉ, dans l’Humanité du 12 mai 2017

La nation est mise en danger dans les fondements de son pacte républicain pour une cohésion sociale. L’enfoncement dans la crise, la précarité, le non-emploi et les trafics de vie et de survie, y compris par des activités criminelles, mettent en danger toute la société française dans une réalité d’effondrement de l’industrie, de déficit de la balance commerciale, des trafics, des violences portées par les communautarismes, tandis que la quasi-totalité des « sachants » et de la classe des économistes et des traders distillent depuis quarante ans les mêmes recettes.

Lire la suite…

La guerre idéologique bat son plein

Casseurs regroupés en début de manifestation, facilement identifiables… on ne les neutralise pas (aveux nombreux de policiers disant avoir reçu des ordres) En effet ils peuvent servir. Beaucoup de vidéos montrent même un certain “mélange” entre vrais casseurs et casseurs “téléguidés” ou avec un brassard “police”. Résultat : ça marche, il suffit de voir les titres dans les médias. L’événement ce n’est pas une manifestation monstre et pacifique contre la loi travail, mais une source de casse. 300 voyous qui cassent … Lire la suite…

Le déchaînement impressionnant des médias

Pour ceux qui croient ou font semblant de croire que “la lutte des classes c’est fini” nous avons en ce moment une belle démonstration du contraire. Le déchaînement des médias contre la CGT, les syndicats, les manifestants, tous ceux qui contestent l’ordre établi, est impressionnant. Discréditer, répandre l’idéologie officielle, la guerre est lancée. Le droit de calomnier remplace le droit d’informer. Le milliardaire Warren Fuffett déclarait qu’il existait “bel et bien une guerre des classes mais c’est ma classe, la classe … Lire la suite…

Air France : 1 chemise déchirée, 2900 vies déchirées. On ne parle que de la chemise…

Vidéo : Quand une hôtesse parle avec le cœur.  Ce n’est pas cette vidéo à laquelle nous avons eu droit à la télé ! La violence sociale, connaissent pas.. (exception : Dans “ce soir ou jamais” du vendredi 9 oct le sujet à été très bien abordé, merci Taddeï… à revoir pendant une semaine sur Pluzz) https://www.facebook.com/439831852701846/videos/1082117338473291/ http://www.france2.fr/emissions/ce-soir-ou-jamais Changeons ce pays, il est grand temps ! Un 1er ministre qui insulte des travailleurs menacés de licenciement, n’est pas cela aussi qui est … Lire la suite…

Les nouveaux chiens de garde, le film

  Film de Gilles Balbastre et Yannick Kergoat, 1h44 Synopsis : En 1932, l’écrivain Paul Nizan publiait Les chiens de garde pour dénoncer les philosophes et les écrivains de son époque qui, sous couvert de neutralité intellectuelle, s’imposaient en véritables gardiens de l’ordre établi.Aujourd’hui, les chiens de garde sont journalistes, éditorialistes, experts médiatiques, ouvertement devenus évangélistes du marché et gardiens de l’ordre social. Sur le mode sardonique, Les Nouveaux chiens de garde dénonce cette presse qui, se revendiquant indépendante, objective et pluraliste, … Lire la suite…

Les mots glissants – Le détournement du sens des mots par l’idéologie dominante.

« On ne se méfie jamais assez des mots », écrivait Céline à la fin du Voyage au bout de la nuit. Le dossier « Les mots piégés » du n° 24 de la Revue du projet (février 2013) nous invitait déjà à « lessiver » les mots, selon la formule de Brecht, pour retrouver leurs sens véritables. Nous poursuivons cet essai d’éducation populaire en nous attaquant aussi aux expressions glissantes et à quelques autres tromperies. Le dossier de “La revue du projet” n°48 de Juin … Lire la suite…

Florilège de la pensée unique

Lu sur regards.fr. Pour démystifier le bréviaire des “réformes nécessaires” et de la “réalité” qui exige des “efforts de tous” (sauf de ceux qui les prônent). Cet assemblage d’interviews montre l’idiote et grotesque répétitivité. Il faut convaincre “qu’il n’y a pas d’alternative”, d’où le matraquage. Six chapitres –>    1 – réformes, 2- réalités, 3 – modernité, 4 – efforts, 5 – rigidité # liberté, 6 – augmenter le temps de travail. Le langage commun de tous nos libéraux. Le langage … Lire la suite…

La fille Le Pen normalise le discours FN en dévoyant les mots de la “gauche”

Lien vers l’interview de Cécile Alduy, coauteur du livre “Marine Le Pen prise aux mots” Le point de vue de Jean-Pierre Darroussin, acteur :  Question de l’Huma Dimanche : En 1997, dans “Marius et Jeannette”, vous campiez le rôle de Dédé, ouvrier électeur FN. Comment expliquez-vous la percée du FN ? J-P Darroussin : Le FN progresse depuis 1983. Tout est dit. C’est le résultat d’un abandon et d’une gauche qui n’est plus la gauche. Il devient difficile pour les travailleurs … Lire la suite…