Inégalités – Un scandale mondial – le rapport 2018

Ouvrage collectif avec T.Piketty, G.Zucman, E.Saez, F.Alvero, L. Chancel. Lucas Chancel. Pour cet auteur et enseignant en économie, pas de doute : la logique des gouvernants qui privatisent a tout-va depuis quarante ans, en privilégiant les plus riches sur le plan fiscal, va à l’encontre de l’intérêt général. Une synthèse de ce rapport, en PDF, sur wir2018.wid.world    Un entretien avec Lucas Chancel, l’un des auteurs  Une petite vidéo explicative de 12 minutes, avec Jean-Christophe Victor :

L’impasse Hulot – Il voudrait l’écologie et le capitalisme – C’est incompatible !

Un ministre de l’écologie dans un gouvernement ultralibéral c’est forcément du pipeau. Quel que soit le nom de la personne qui occupe ce poste, il ne sert à rien. Il faudra bien se mettre dans la tête que le capitalisme est incompatible avec l’écologie. Le capitalisme, de part sa nature même est un destructeur de la planète et des hommes. Mr Hulot n’est pas naïf au point de ne pas savoir cela, mais comme il a toujours accepté – sinon défendu … Lire la suite…

ÉNERGIE : la libéralisation du marché aboutit à une jungle libérale. Les salariés du secteur réclament un retour au public.

vidéo explicative de la FNME-CGT : https://www.facebook.com/FNMECGT/videos/10157385421767506/     Privatisation de l’énergie : ceux qui se partagent le gâteau (lire en pdf) Privatisation. Ceux qui se partagent le gâteau de l’énergie Mercredi, 27 Juin, 2018          Marie-Noëlle Bertrand L’ouverture à la concurrence du marché de l’énergie promettait de meilleures offres pour les particuliers. Onze ans après, les consommateurs doutent, les salariés de l’énergie s’alarment de la casse de leur métier et les opérateurs privés se bousculent pour se partager les morceaux d’EDF et … Lire la suite…

Les dangers de la libéralisation, ce que vous avez perdu.

Libre concurrence : tout ce que vous y avez perdu

EDF, La Poste, France Telecom, les autoroutes, et bientôt la SNCF, quand la privatisation est dans les tuyaux….

Les grands mensonges de l’ouverture à la concurrence, en pdf

Les grands mensonges de l’ouverture à la concurrence, lien vers le site de l’Humanité

A propos du « modèle » du rail allemand, par Francis Wurtz

Allemagne. Le vrai visage d’une réforme ferroviaire « exemplaire »

Il parait que les petites lignes coûtent trop cher ! article du Monde Diplo d’avril 2018

Pour une hydroélectricité publique : les barrages nous appartiennent, et ils sont rentables, d’utilité publique et écologiques – télécharger en pdf

Vers quelle convergence des luttes (Jacky Dahomay, Blog Mediapart, 12 avril 2018)

Willy Pelletier « La bataille du rail est cruciale, car le libéralisme n’a pas encore gagné la bataille idéologique »

L’exemple du FRET : gâchis économique, scandale écologique

Un train de fret équivaut à 55 poids lourds de 33 tonnes !

Lire la suite…

Libéralisme : capitalisme destructeur (-1-)

1 – Dividendes, 2017 année de tous les records

Des sommes folles qui échappent à l’investissement, sont perdues, et aggravent les inégalités sur la planète.

L’année dernière, les actionnaires ont été à la fête : ils ont touché plus de 1 000 milliards d’euros. Jamais les multinationales ne leur avaient reversé autant d’argent, particulièrement dans le secteur de la finance.

Les distributions de dividendes dans le monde ont explosé de 7,7 % en un an. C’est historique, selon le cabinet de gestion d’actifs Janus Henderson, qui scrute trimestriellement les 1 200 plus grosses entreprises au monde. Celles-ci versent à elles seules 90 % du total des dividendes. Le cabinet publie chaque année un genre d’indice du bonheur des actionnaires, le JHGDI (indice Janus Henderson des dividendes mondiaux). Et il n’a jamais été aussi haut, à 171,2. « Ce qui signifie que les dividendes ont augmenté de quasiment trois quarts depuis 2009 », se réjouit Janus Henderson dans sa dernière édition parue en février.

Lire la suite…

Naomi Klein : Dire NON ne suffit plus ! « Le plus grand succès du néolibéralisme : la colonisation de nos imaginaires. »

Être ou avoir… « Le progrès social, c’est celui qu’on se paie soi-même. » Emmanuel Macron, en répondant avec arrogance à une dame qui l’interpellait, a résumé sa philosophie. Adieu l’ambition de civilisation, l’avenir en commun ! Aux yeux du président, la politique n’est plus. Reste la débrouille individuelle, la passion du lucre, avoir tout pour ne pas être rien… L’avenir des jeunes ? Il faut qu’ils « aient envie de devenir milliardaires ! » lançait-il quand il était ministre de … Lire la suite…

Mafia, Holdup, quels termes pour qualifier ce scandale mondial ?

Mafia, Holdup, Oligarchie, Arnaque gigantesque, quels termes ? pourquoi pas tout simplement Capitalisme, Libéralisme, et aussi luttes de classes, classes sociales, exploitation… CAC 40 : Avec 52 milliards au 1er semestre 2017, en hausse de 26,5%, les bénéfices des 40 principales sociétés cotées ne se sont jamais mieux portés. Exemples : Sanofi – industrie pharmaceutique, profit en hausse de 200% durant ce semestre. C’est la Sécu qui paye, donc nous. Crédit Agricole : hausse de 58,5%, et ce ne sont pas … Lire la suite…

Macron ? Une clarification, dans un certain sens.

Depuis des décennies la France et l’Europe sont dirigés par deux grands blocs, l’un dit « de gauche » l’autre dit « de droite », mais faisant la même politique avec seulement quelques petites variantes et des groupes (clans) différents. C’est le PSE – Parti Socialiste Européen – et le PPE – Parti Populaire Européen – qui nous ont imposé, ensemble, cette Europe ni démocratique ni sociale, ultralibérale. En France le PS et l’UMP (ou LR) ont alterné au pouvoir en veillant bien à défendre … Lire la suite…

« En marche » vers une société « moderne-liquide » par J.C. Paye

La fin du politique?                —> téléchargement en PDF
Par JEAN-CLAUDE PAYE, sociologue et auteur de l’Emprise de l’image (Yves Michel)

Étant donné ses antécédents, l’auto-désignation du candidat Macron comme candidat « antisystème » nous a surpris. Elle nous dit cependant quelque chose d’important sur l’évolution de la structure politique de la France. Qu’Emmanuel Macron se sépare du régime des partis politiques comme mode de gouvernance du pays est une évidence. Pourtant, cette prise de distance ne fait pas de lui un candidat antisystème, car le « système » qui se met en place n’est plus celui des partis nationaux, mais bien celui d’une gouvernance politique directe des États nationaux par les acteurs économiques dominants et les structures politiques internationales.

Lire la suite…