Films-Vidéos

 la-socialeafficheLien vers le site du film La sociale 

Le DVD du film La Sociale est en vente (20€) sur http://www.cp-productions.fr/boutique/?fond=produit&id_produit=30&id_rubrique=5#.WV81L4iLSUm

Ken Loach offre tous ses films en visionnage libre sur Youtube

mercipatron_bis

Avec le sang des autres (1974) 49 min, film de Bruno Muel sur le groupe Medvedkine de Sochaux (la solidarité ouvrière face à l’empire Peugeot)

SNCF_BalbastreCas d’école, le nouveau film de Gilles Balbastre

Les nouveaux chiens de garde, film de Gilles Balbastre

Nous avons des armes

un film de Gilles Balbastre

 Traite des luttes sociales telles que les médias les retransmettent. Vie syndicale, exploitation patronale, misère sociale…

Pour le réaliser, nous avons demandé des euros à Bernard Arnault, première fortune de France et propriétaire des Echos. Mais il a dit non.

Nous avons demandé des euros à Arnaud Lagardère, milliardaire, et propriétaire d’Europe 1. Mais il a dit non.

Nous avons même demandé des euros à Alain Duhamel, éditorialiste convaincu du réel pluralisme médiatique en France. Mais il a dit non. Nous avons des armes sera distribué directement par DVD ou au cours de projections militantes. Nous appelons donc à une souscription-soutien de 5 euros (ou plus) et du pré-achat du DVD à 15 euros (ou plus).

Cas d’école, un film de Gilles Balbastre

Professeurs de morale, procureurs sociétaux, les médias passent leur temps à distribuer des bons et surtout des mauvais points sans jamais risquer que leurs propres défaillances ne soient mises en lumière. Ce documentaire ambitionne de réfléchir sur le sujet à partir d’un fait divers tragique de 2012.

film de 2002 plus que jamais d’actualité

Laurent Mauduit. « Je les appelle “les agents doubles de la pensée unique” »

———————————————————–

Une archive de 1938

Breiz Nevez

Bretagne Nouvelle

La fête organisée par le P.C.F., à Pont-L’abbé, le 7 août 1938. Après une rapide évocation de la préhistoire et de l’histoire de la Bretagne illustrée d’images de menhirs et de dolmens, d’églises et de paysages Bretons, Marcel Cachin, en voix off, commente la préparation et le déroulement de la fête du parti communiste dans la capitale du pays bigouden : passage d’une camionnette de l’Humanité sur le port de Lesconil, manifestation et défilé folklorique dans les rues de Pont-l’abbé, démonstration de danses et de chants et, in fine, allocutions politiques. 

Après la brève intervention du secrétaire de la région Bretagne du parti communiste (Alain Signor), Marcel Cachin, président des Bretons émancipés, appelle au renforcement des acquis du Front populaire et conclut par une défense de la culture et de la langue bretonne. 

Breiz Nevez illustre avec force les solides implantations – très localisées – du parti communiste en Bretagne, ainsi que sa politique culturelle sous le Front populaire, politique syncrétique, à la fois régionale et nationale. 

Les plans sur la camionnette de l’Humanité furent interdits par la censure.

Générique : «Les Films Populaires présentent / Breiz Nevez (Bretagne Nouvelle) / avec la participation de la chorale Labour ha Kan des Bretons émancipés/ du bard Milbeo (soliste) et de la Kenvreuriez Ar Viniouerien Vrezon / commentaire de Marcel Cachin, Directeur de l’Humanité / réalisé par l’équipe technique de la société “La Marseillaise”». 

Musique : l’Internationale (en Breton). Les autres chants bretons (d’inspiration galloise, folklorique ou religieuse) sont sans connotation politique. 

Avec la participation de : la chorale Labour Hakan, des Bretons émancipés (qui chantent l’internationale dans leur langue), du bard Milbeo et de la Keuvreuriez Ar Vinioucrin Vrezon.

Commentaire : Marcel Cachin, directeur de l’Humanité.

Lieux et monuments : Lesconil, Concarneau, Pont-Labbé, une chapelle du pays bigouden décapitée suite à la révolte des Bonnets Rouges.

Personnalités : Marcel Cachin, Alain Signor, Eugène Hénaff (à la tribune).

Note : [Extrait du commentaire de Marcel Cachin]. ” Ici, sur la côte bretonne du sud Finistère, les marins se livrent surtout à la pêche côtière, métier pénible, dangereux entre tous, dont les victimes sont nombreuses, dont les risques sont de chaque jour, et qui par surcroît n’enrichit pas les travailleurs de la mer soumis à l’exploitation des capitalistes de la conserve. Ils sont plusieurs dizaines de milliers qui se groupent et se défendent en adhérant à leurs syndicats de la CGT et aux partis les plus hardis de la classe ouvrière.”

Laisser un commentaire