Et maintenant, comment reconstruire à gauche ?

Le journal L’Humanité a ouvert une tribune Débats & Controverses à ce sujet. En voici quelques extraits :

Daniel Mermet : «Les classes populaires, ce sont aujourd’hui toute cette jeunesse et toute la population issue de l’immigration» Et de quelle gauche parle t’on ?

Jean Rabaté Journaliste honoraire, « UN PROJET DE TRANSFORMATION SOCIALE »

Pierre Khalfa, Coprésident de la Fondation Copernic : « L’avenir de la gauche est en question »

Stéphanie Roza, professeure de philosophie, et Jean-Numa Ducange, université de Caen : « Besoin de radicalité et rôle des mouvements sociaux »

Pierre Mathiot, professeur de science politique, Sciences-Po Lille : « Un chantier idéologique et organisationnel »

Serge Regourd, directeur de l’Institut du droit de la culture et de la communication, Toulouse-I-Capitole : « Le rassemblement et la lisibilité », sur le mot « gauche« 

45 % C’EST LE POURCENTAGE D’ÉLECTEURS DU FRONT DE GAUCHE QUI SE SERAIENT ABSTENUS LORS DU PREMIER TOUR DES RÉGIONALES.

Discutons de la situation actuelle..

Quelques textes pour ouvrir la discussion :

Non à la privatisation des barrages hydrauliques qui sont un bien public

Signer la pétition « contre la mise en concurrence des concessions hydrauliques » sur www.petitionpublique.fr

Consulter le dossier de presse
 http://public.cceedfsa.fr/_docs/Fichier/2015/3-151204092345.pdf

Commentaire de Franck : 

Sur les barrages hydrauliques, c’est encore pire que la mise en concurrence!
EDF n’aura pas le droit de répondre à l' »appel d’offre » sur un nombre conséquent de barrages ! Au nom de la concurrence, la commission européenne, estimant qu’EDF est en position de monopole,  demande (demande acceptée par le gvt) qu’elle ne puisse pas concourir aux appels d’offres à venir (en tout cas sur le sud est) sur les barrages construits avec les financements publics! Sans compter que les ouvrages construits l’ont aussi été pour l’agriculture (entre autre) et que le morcellement des intervenants ne facilitera pas les choses.
Les services hydrauliques d’EDF envisagent de supprimer des postes*, des mouvements de grèves ont eu et ont lieu, très massifs (à plus de 80% tous corps confondus, encadrement compris, pour le 1ere, et le 2éme aura la semaine prochaine) dans le secteur hydraulique d’EDF… mais personne n’en parle….
Tout cela montre, à mon sens, qu’il n’y aura pas d’alternative sans prendre le temps d’aller au contact des gens, cela prendra du temps certes. Et les appareils syndicaux et politiques, si ils ne jouent ce rôle, devront être dépassés… Reste à savoir comment !
Dans le personnel il y a une incompréhension/colère sur des décisions qui vont « tuer » EDF… l’hydraulique étant la partie la plus « rentable » puisque les investissements sont en grande partie déjà faits. Et c’est au même moment que l’Etat, après toujours l’avoir refusé au nom de la même concurrence, lui impose de récupérer les secteurs d’AREVA en énorme difficulté financière (en partie par « aventurisme »- uramine-, en partie par des choix, le surgénérateur, dont beaucoup de politiques, dont le PCF, doivent s’interroger).
EDF est donc sorti du CAC40 cette semaine (cela fait un moment que c’était à l’ordre du jour) puisque leurs résultats vont s’effondrer … ce qui permettra dans un même mouvement d’augmenter sensiblement le prix de l’électricité et de prouver l’incurie d’une entreprise nationale…

Nous ne céderons pas !

Dans un appel unitaire initié par la Ligue des Droits de l’Homme, des associations rappellent que rien ne doit nous faire sortir de l’Etat de droit et nous priver de nos libertés.

Nous ne céderons pas !
Ceux qui, au nom de Daech, ont fait subir à Paris et à Saint-Denis un moment d’inhumanité absolue ne nous feront pas céder. Rien ne peut justifier ces assassinats, ici ou ailleurs. Chacune des victimes vit en nous parce que nous appartenons à la même humanité. Notre solidarité à leur égard et à l’égard de leurs familles est totale. Ce crime est immense mais c’est en continuant à vivre librement et fraternellement que notre réponse sera à la hauteur.

Lire la suite…