L’attitude des politiques et des médias nourrissent la stratégie de Daech

Terrorisme ou crime génocidaire ? Le psychiatre et anthropologue Richard Rechtman revient dans Télérama sur le massacre de Nice. Et fustige l’attitude des politiques et des médias, qui nourrissent, selon lui, la stratégie de l’organisation Etat islamique.

Extraits :

… les réactions de nombreux médias et d’une partie de la classe politique sont exactement celles que pouvait espérer Daech ; et parce que ces deux erreurs conjuguées nous conduisent droit à l’échec. Or, derrière cet échec, se profile l’ombre du chaos…

… Leur objectif, rappelons-le, est de créer le chaos, la scission tous azimuts dans la société. Ils ont donc impérativement besoin d’une très grande publicité autour de leurs crimes. Or, malgré tous ses relais sur les réseaux sociaux, Daech ne dispose pas des mêmes moyens de diffusion que l’Occident. C’est dire à quel point ils ont besoin de nos canaux de diffusion pour donner l’ampleur qu’ils souhaitent à leurs actions et, par là même, recruter encore plus de candidats. L’information est donc bien dans ce contexte un enjeu stratégique, pour ne pas dire militaire. Cela veut dire que les informations dont nous disposons sur l’identité des auteurs d’attentats devraient être tenues secrètes quand ces crimes ont déjà eu lieu. Que l’on cherche à comprendre qui sont les personnes susceptibles d’agir, pour essayer d’anticiper et de prévenir leurs actes, c’est évidemment utile, et les travaux du psychanalyste tunisien Fethi Benslama, par exemple, nous éclairent beaucoup sur les candidats potentiels au martyre. En revanche, une fois le meurtre accompli, dire qui était la personne, raconter son passé et diffuser sa photo, c’est se transformer en caisse de résonance du crime et devenir l’allié objectif de Daech…

… Je suggère donc que les responsables politiques décrètent l’anonymat obligatoire de tout auteur d’atrocités, l’interdiction de diffuser ses images, ou tout renseignement sur son identité, l’interdiction de relayer le moindre élément permettant de l’identifier, bref de classer secret-défense tout ce qui concerne les personnes commettant ces attentats. La démocratie exige certes un libre accès à l’information, notamment sur le déroulement et les conséquences de ces crimes, mais elle exige aussi que l’on interdise de divulguer des informations susceptibles de mettre en danger la population. Or rendre impossible l’identification des assassins est une façon de faire que personne ne puisse s’identifier à eux…

Le texte complet
Le lien vers le site

Nous ne sommes plus en démocratie !

Avec Hollande/Valls/Cazeneuve/Urvoas/Le Drian le pouvoir en place vire rapidement vers l’autoritarisme et bafoue la démocratie.

  •  La loi Travail imposée brutalement
  • Le refus de discussion des articles à l’Assemblée
  • L’application continue du 49.3 pour empêcher un vote
  • Le mépris de la population et des syndicats qui rejettent massivement ce texte
  • L’utilisation brutale de la police et la manipulation continue
  • L’exploitation de l’attentat de Nice

L’attentat du 14 juillet à Nice sert de prétexte à une manipulation odieuse de la part du gouvernement

Dès le lendemain nos ministres lançaient :

Il faut prolonger l’état d’urgence. Or, on l’a bien vu, l’état d’urgence ne sert à rien, sinon a mettre en veille la légalité républicaine, à instaurer un flicage généralisé, à contourner la justice.

Il faut un contrôle aux frontières !  Or le coupable de l’attentat habitait Nice !

La ville de Nice est la ville la plus fliquée de France, plus de 1200 caméras et des policiers partout. Quelle efficacité ?

Nos responsables politiques ont décrété dès le lendemain, alors qu’il n’y avait aucune preuve, que c’était un attentat islamiste. Le déséquilibré était  sujet à une « conversion rapide à l’intégrisme ». Quelle hâte à conclure…

Une petite remarque à ce sujet : en 2015 un pilote allemand écrase volontairement son avion A320 dans les Alpes tuant 150 personnes, en 2016 un chauffeur de camion fonce sur la foule à Nice et tue 84 personnes. Les deux sont reconnus comme déséquilibrés et dépressifs. L’un s’appelle Andréas et n’est pas soupçonné de « conversion rapide », cela n’est venu à l’idée de personne. L’autre s’appelle Mohamed, donc là c’est évident, il ne peut pas être que déséquilibré…

Instauration d’un état d’urgence permanent, application répétée et abusive du 49.3, déclarations hasardeuses et mensongères, propagande tentant à diviser les citoyens, manipulation de l’information,  répression des luttes sociales, atteinte au droit d’informer, complaisance avec le dictateur Erdogan en Turquie, soutien du régime d’extrême droite et d’apartheid d’Israël, soutien aux dictatures islamistes du Proche Orient, participation active aux expéditions militaires de l’OTAN à l’étranger, record de ventes d’armes y compris à des pays peu recommandables… la liste est décidément trop longue des actes droitiers et dangereux du gouvernement socialiste.

Il crée ainsi une ambiance détestable qui fait le jeu de la droite et de l’extrême droite, qui fait aussi le jeu des extrémistes qu’il prétend combattre.

 

Le communiqué de la LDH, Ligue des Droits de l’Homme

http://www.ldh-france.org/quatrieme-prorogation-letat-durgence-demagogie-au-lieu-du-debat-democratique/

HollandeSyrie

Un article de Ouest France du 5 juin 2016 « Record de vente d’armes par la France »

France_marchand_d_armes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

piege_islamisme_fascisme

« J’ai fait un rêve », un texte de Damien Loup https://blogs.mediapart.fr/damien-loup/blog/180716/un-reve
Le même en PDF

CONTRE LE TERRORISME ET POUR LA PAIX Stoppons nos frappes en Syrie et renforçons l’ONU par Chloé Maurel Docteure en histoire, spécialiste des Nations unies, dans l’Humanité du 21 juillet 2016

Attentat de Nice: dans l’horreur, raison garder et exercer

Valls dégaine à nouveau l’interdiction de voter

Une fois de plus Hollande et Valls ont peur du vote des députés et utilisent le scandaleux article 49.3 qui leur interdit de voter sur la loi travail, et même d’en discuter…

La droite officielle se régale et ne fait même plus semblant de s’opposer. Le seul moyen qui restait pour les opposants à la loi El Khomri était de déposer une motion de censure. Pour cela il fallait 58 signatures. Ils n’en n’ont obtenu que 56 !

Lire la suite…

Quelques évidences sur l’Union Européenne

« Il est temps de dire que les droits sociaux et démocratiques des peuples sont supérieurs à la libre circulation des capitaux. » Le 30 juin dernier, le député fédéral PTB Raoul Hedebouw a pris la parole lors du débat sur les suites du Brexit au Parlement Belge. « Nous devons repartir d’une feuille blanche qui garantit une Europe des peuples et une Europe sociale », a-t-il ajouté.

Philippe Torreton, chronique du 1er juillet 2016

Cortex      dans l’Humanité du 1er juillet 2016 Les mots qui fâchent, PAR PHILIPPE TORRETON

Torreton_1erjuil16

BREXIT, L’EUROPE A BON DOS

Brexit, on l’attendait plus au sud, et finalement il a pris corps chez les Beatles. Brexit. Petit vocable simple qui vous donne l’air informé, comme le notait secrètement Victor Klemperer dans ses carnets, « l’usage des abréviations qui donnent le sentiment d’appartenir au groupe d’initiés. Les abréviations sont répandues parce que le régime technicise et organise ».

Personne ne connaît les conséquences de ce départ, les prédictions sont complexes et font le grand écart mais le mot est simple et presque amusant, si l’on en croit Matteo Renzi.

C’est fait et c’est net, pas de recompte. C’est fait et j’ose un « tant mieux ». Car pour être pro-européen convaincu, on n’en est pas moins homme, et force est de constater que l’homme, l’humain, a cédé le pas dans les priorités de cette UE économique et financière, l’humain n’a duré que le temps d’un après-« guerres mondiales » lorsque tout le monde pleure d’une seule larme et puis « les affaires sont les affaires ».

Le départ de la Grande Bretagne peut être salutaire si l’UE entend le message ou plutôt si les nations qui la composent l’entendent, tout dépendra donc du courage politique de nos dirigeants. Vont-ils entendre ou rester sourds à ce cri de rupture ? Vont-ils comprendre cette urgence à replacer l’être humain, le citoyen, le salarié au cœur des préoccupations de l’UE ?

Vont-ils enfin prendre leurs distances avec cette incroyable et injuste politique d’austérité ?

Vont-ils avoir le courage d’une fiscalité commune ? L’Europe ressemble à ceux qui la font, l’Europe c’est Hollande, Merkel, Renzi, etc. Ce n’est pas une entité obscure et incontrôlable sans visages et donc sans responsables, elle est composée de gens élus par des peuples. Vont-ils continuer à être pro-européens ­ entre proeuropéen et national, lorsqu’on parle au peuple qui souffre ?

L’UE est devenue la fosse septique de la médiocrité et de l’hypocrisie de la majorité de nos hommes politiques également répartis à droite comme à gauche en France comme ailleurs.

Un territoire trouble où se repaissent également sur son dos tels des pique-bœufs une certaine gauche et le Front national, exploitant de concert une misère sociale en lui donnant un os à ronger. L’Europe a bon dos.