Ces nouveaux rouages du capitalisme

Éditorial de Patrick Le Hyaric dans l’Humanité Dimanche du 16 novembre 2017

Dans l’immense casino mondial, le bal des hypocrites bat son plein au rythme d’une lutte de classe de haute intensité. Ils tentent de faire passer la fraude et l’évasion fiscales pour des « dérives ». À peine sont-ils prêts à laisser désigner quelques moutons noirs au milieu d’un troupeau immaculé. La thèse de l’immoralité sert de petit bréviaire avant d’entonner à chaque révélation les mêmes cris d’orfraie qui sonnent de plus en plus faux.

La question est pourtant simple : existe-t-il une seule multinationale, une seule banque qui n’ait recours à des sociétés offshore ? Évidemment non. Pire, de moyennes entreprises se plient désormais à la règle non écrite de l’évasion fiscale pour peser dans le grand bain concurrentiel mondial.

Comment des commissaires européens, gardiens de traités, organisant la concurrence prétendument « libre et non faussée » et « la liberté totale de circulation du capital », peuvent-ils feindre de découvrir ces pratiques d’envergure sans craindre le ridicule ? Ils ne font que leur donner une plus grande ampleur en ajoutant chaque jour qui passe une brique supplémentaire à « un marché unique » où règne le dumping fiscal, social et environnemental.

Cette affaire n’est pas réductible à la « morale », ni même aux « législations », puisqu’il semble que le droit des États modernes couvre, par le truchement de centaines d’astuces prodiguées par des cabinets de conseil bien renseignés, cet immense vol d’argent pendant que la chasse aux pauvres est grande ouverte. Ce qui est en question, ce ne sont pas quelques pratiques frauduleuses dans l’océan vertueux du système capitaliste mondialisé et financiarisé, c’est le système lui-même. Celui qui fait de l’argent roi l’unité de toute mesure.

Ceux qui en appellent à la morale sont souvent les mêmes qui soutiennent les choix budgétaires inégalitaires des pouvoirs successifs et se pâment devant cette « Europe » qu’il faudrait défendre. Ainsi en va-t-il de cette funeste théorie du ruissellement par l’enrichissement des plus riches grâce à la suppression de l’impôt sur la fortune pour les actifs financiers, parmi d’autres joyeusetés, au prétexte que leur argent sert à financer l’économie réelle.

Depuis le début des années 1980, les sommes amassées par les paradis fiscaux ont été multipliées par dix. Leur existence pérenne est étroitement liée au modèle néolibéral organisé depuis plus de trente ans. Elle en est même la condition. Les paradis fiscaux remplissent toutes les conditions qu’exige le Medef pour la société française : imposition très faible, flexibilité maximale, discrétion totale sur les avoirs et concurrence absolue au bénéfice des trusts. Leur progression a contaminé les États dotés de systèmes sociaux et construits autour d’un contrat social. Ils sont sommés de se plier aux nouvelles règles du jeu d’autant plus facilement que leurs dettes publiques, gonflées parallèlement à la montée en force des paradis fiscaux avec le consentement des forces patronales et de leurs commis politiques et médiatiques, les y lient pieds et poings.

L’immense masse de liquidités produite par l’économie néolibérale transite par les nombreuses places offshore grâce à la libéralisation accélérée des marchés de capitaux. Les travailleurs, les retraités, tous ceux qui ont contribué à créer les richesses, à construire le cadre dans lequel le capitalisme peut exister, se voient confisquer les fruits de leur labeur. L’économie réelle, la transition environnementale de notre système productif, les services publics, les biens communs sont sacrifiés. Les pays les plus pauvres sont contraints à la stagnation par ce système de prédation terrible qui voit les multinationales pillant leurs ressources s’exonérer du moindre devoir à l’égard des populations locales et de leur environnement. Voici le visage hideux du capitalisme financier mondialisé dont le président de la République est l’un des mécaniciens. La suppression de l’impôt sur la fortune, l’instauration d’une « flat tax » sur les revenus du capital ou la baisse de huit points de l’impôt sur les sociétés sont des éléments de ce rouage général.

Cette spirale de la financiarisation de l’économie est un poison mortel contre notre société et la civilisation. Placer les profits dans un paradis fiscal, c’est à la fois le moyen de continuer de refuser les augmentations de salaires et de se soustraire au bien commun en détruisant les services publics et la Sécurité sociale que les mêmes entreprises privées s’accaparent. C’est priver les États de ressources que paient les plus modestes en plus d’une dette grossie des intérêts qui ne profitent qu’aux fonds financiers. Et ce flux vers les paradis fiscaux sert sans cesse d’argument pour pousser partout à la compétition vers le moins-disant fiscal. Ces cercles vicieux doivent être brisés en fermant tous les paradis fiscaux. C’est le sens de la proposition innovante de nos amis Alain et Éric Bocquet de lancer une conférence mondiale contre la fraude fiscale sous l’égide de l’ONU. Ne pas y mettre fin détruirait les idées de justice, d’égalité, de démocratie et de liberté, aussi sûrement que le réchauffement climatique détruirait notre planète. C’est une mission de salubrité publique.

L’économie réelle, la transition environnementale de notre système productif, les services publics, les biens communs sont sacrifiés.

En page 30 ce même magazine l’Humanité Dimanche un dossier sur les Paradise Papers dont voici quelques titres :

  • Les Paradise Papers, cette énième révélation journalistique sur la fraude et l’évasion fiscales massives, dévoilent les rouages bien huilés d’un vol organisé à l’échelle mondiale qui fait perdre des centaines de milliards d’euros de recettes aux États. L’enquête montre ainsi une pratique qui constitue l’un des piliers du capitalisme financier. CQFD…
  • Dès lors, que signifient l’endettement ou le PIB d’un État quand la fraude le prive de milliards de ressources ?
  • A l’échelle mondiale, plus de 40% des profits réalisés par les multinationales sont délocalisés dans les paradis fiscaux. Le manque à gagner dépasse les 350 milliards d’euros par an. Avec cette somme, on pourrait tout simplement éradiquer la faim dans le monde d’ici à 2030.
  • L’évasion fiscale en France atteint 60 à 80 milliards d’euros par an. De quoi combler le déficit de la Sécu.
  • Plus de 1000 milliards d’euros par an échappe à l’UE. En 12 ans, c’est tout simplement l’effacement de la dette dite publique européenne des 28 États qui s’élevait à 12 500 milliards en 2015.
  • Comment Whirlpool planque notre argent pour dorloter ses actionnaires.

Laisser un commentaire