Donnons un carton rouge à Macron et à son Europe le 26 mai. J’ai dit rouge, pas rose !

L’abstention est un cadeau fait à ceux qui tiennent les rênes.

Quoi de mieux pour les dirigeants que des gens qui se taisent ?

Le vote du 26 mai est l’occasion de donner un double carton rouge à Macron , et également à cette Union européenne source d’une grande partie de nos maux.

Quelle liste à gauche ?

A gauche cela veut dire lutter pour une Europe démocratique, sociale, écologique. Actuellement avec l’UE on n’a aucun des trois critères réalisé.

Pour moi il y a 3 listes de gauche : la liste PCF et R&S de Ian Brossat, la liste FI de Manon Aubry, et la liste Génération.s de Benoit Hamon.

Je regrette que ces 3 listes ne soient pas allées ensemble à la bataille, ce qui aurait certainement créé un élan salutaire. Mais la proposition faite par Ian Brossat est restée sans réponse de la part des deux autres…

Je choisis sans hésiter la liste de Ian Brossat, carrément pour un cap réellement à gauche, et bâtie sur des bases claires et dignes de confiance. C’est le choix de la cohérence, de l’absence de flou.

Même les médias, quand ils acceptent de parler de lui, sont obligés de reconnaître que Ian Brossat est le plus solide et le plus cohérent.

Le PCF est le seul parti de gauche ayant refusé tous les traités européens et ayant des propositions cohérentes et constantes sur le projet d’une autre Europe – démocratique, sociale, écologique – .

Pour l’Europe des gens, contre l’Europe de l’argent

Un article de Ian Brossat sur la nécessité de rompre avec ces traités qui imposent l’austérité, la concurrence, et la règle aberrante des 3% (en PDF)

En 2005 nous avons dit NON au TCE, le Traité  Constitutionnel Européen. La droite et les sociaux démocrates du PS ont bafoué la démocratie en ne tenant aucun compte de la décision du peuple, et ils nous ont imposé le Traité de Lisbonne.

10 questions, 10 réponses à propos de l’Union européenne et des élections du 26 mai 2019 (en PDF)

Une très bonne liste

Cette liste, soutenue par le PCF (Parti Communiste Français) et par R&S (République et Socialisme) est à l’image du peuple, variée sociologiquement.
On y trouve des ouvriers (7), des enseignants(6), des ingénieurs (2), des aides soignantes, un chauffeur routier, un cancérologue, deux gilets jaunes, un économiste, des employés-techniciens (12), une douanière, un médecin urgentiste, deux cheminots, un grutier, un avocat, trois infirmières, un agriculteur, une assistante sociale, un metteur en scène, des syndicalistes, un interprète, un éducateur, deux écrivaines, une ancienne SDF, des élus locaux (4), un étudiant, un psychiatre, un livreur Deliveroo, des sportifs, des militants associatifs, etc..
Essayez de trouver mieux ailleurs !

Maryam MADJIDI écrivaine, son intervention à Marseille (cliquer sur ce lien) Mamoudou Bassoum, ceinture noire et tunique jaune sur le podium

Son interview à la télé

 

Elina DUMONT, comédienne, est candidate sur la liste D’IAN BROSSAT. Son livre est un témoignage de sa vie d’une femme qui vécut à la rue, là où tout est difficile : trouver à manger, un endroit pour dormir, se laver, et tout le reste du quotidien.
C’est l’histoire d’une femme remarquable qui a lutté, survécu à la rue. Nul doute que sa détermination contribue à se joindre à la liste qui met L’HUMAIN au centre des choix politiques à mettre en œuvre pour que chacun.e vive dignement #EuropeDesGens contre l’Europe de l’argent.

 

Lien vers le site de la liste L’Europe des gens

L’importance du travail du groupe GUE/NGL lors de la mandature qui se termine :

Les députés européens actuels du PGE , dans le groupe GUE/NGL, dont Marie-Christine Vergiat, Marie-Pierre Vieu, Patrick Le Hyaric, associés à Younous Omarjee et Emmanuel Maurel, ont fait un travail remarquable qui prouve l’importance de ce groupe même s’il est minoritaire. De plus ils travaillent conjointement avec les 52 élus de différents pays européens qui composent la GUE/NGL.

Un exemple de l’importance d’avoir des élus combatifs : Récemment le texte sur la libéralisation du rail ne fut voté qu’avec un écart de 24 voix sur 702 votants. Cela fait ressortir deux éléments : 1- Le travail acharné qu’ont mené ces parlementaires pour gagner une à une les voix d’opposition. 2- Si nous avions eu plus d’élus dans le camp de la vraie gauche, ce texte aurait été rejeté.
Lire à ce sujet ce que dit Gilbert Garrel, syndicaliste cheminot, candidat sur la liste.

Un 2e exemple récent :
Dernièrement, sous l’impulsion de Marie-Pierre Vieu (PCF) et de Marie-Christine Vergiat (Font de Gauche), un audit a été réalisé sur la situation des Services Publics en Europe. Ce rapport est disponible ici, version simplifiée et version longue.

Le résumé en 6 pages (en PDF)

La brochure plus complète (en PDF)

Le rôle du Parlement européen est plus important qu’on ne le croit. Bien sûr la Commission européenne, non élue, fait les propositions (c’est bien une des raisons, entre autres, pour lesquelles il faut changer les traités), mais les directives sont votées par le Parlement, et on a vu plusieurs fois des résultats tenir à quelques voix près – si la gauche avait été plus nombreuse cela passait…  Raison de plus de la renforcer le 26 mai.

Quelques uns des soutiens à la liste de Ian Brossat :

Sophia Hocini, écrivaine, féministe
Henri Pena-Ruiz, philosophe, défenseur de la laïcité, membre du Parti de Gauche et de LFI
Odette Niles, résistante
Leila Chahid, ambassadrice honoraire de la Palestine au Conseil de l’Europe
Isabelle Aubret, artiste interprète
Patrick Pelloux urgentiste, ancien de Charlie Hebdo
Michel et Monique Pinçon-Charlot, sociologues
Josiane Balasko, actrice
Costa-Gavras, réalisateur
Lassana Bathily, héros de l’hyper-cacher
Marie-Christine Vergiat, députée européenne du Front de Gauche
République et Socialisme
Léa Latouche, syndicaliste étudiante
Gérard Mordillat, réalisateur
Yves Quiniou, philosophe
Marcel Trillat, réalisateur
Roland Gori, psychanalyste
Sira Rego, n°2 de la liste Unida-Podemos en Espagne
Bernard Thibault, ancien secrétaire de la CGT
Alain Giraudie, réalisateur
Lydie Salvayre, prix Goncourt 2014
Ernest Pignon-Ernest, plasticien
Gustave Massiah, altermondialiste
Feloche, chanteur
Françoise Davisse, réalisatrice
Robin Renucci, comédien
Marc Dolez, cofondateur du Parti de Gauche avec Mélenchon, ancien député Front de Gauche
Ada Colau, maire de Barcelone, qui affrontera Valls aux prochaines municipales
Hélène Langevin-Joliot, physicienne
Didier Daeninckx, écrivain

Ci-dessous, le beau texte du philosophe Henri Pena-Ruiz appellant à voter Ian Brossat le 26 mai.

Ian Brossat fait honneur à la politique et au communisme. Il mène brillamment campagne en faisant le pari de l’intelligence et de la culture. Dans “communisme” il y a commun. Commun à tous les êtres humains. Au-delà des amalgames injustes qui ont tenté de disqualifier l’idéal communiste, il est grand temps de rappeler ce sens du bien commun, de l’intérêt général, et de la solidarité qu’implique la notion de communisme. Souvenons-nous du Front Populaire, puis dans la résistance au nazisme, puis de la Libération, avec l’œuvre inoubliable d’Ambroise Croizat, ministre communiste qui créa la Sécurité Sociale. Oui, le Parti Communiste Français a joué un rôle décisif pour promouvoir le progrès social. Aujourd’hui, face à la morgue de classe de M. Macron, et à sa politique dévastatrice pour les plus démunis, il nous faut un Parti communiste fier de son histoire, et décidé à jouer un rôle moteur dans le rassemblement des forces de progrès.
Karl Marx disait que la classe ouvrière est une classe universelle, en ce sens qu’en se libérant de l’exploitation capitaliste elle libère l’humanité tout entière. Transposé à l’âge de la mondialisation capitaliste, et appliquée à tous ceux qui ont à lutter contre l’injustice sociale, ce propos est d’une vive actualité. Y compris à l’échelle de l’Europe, enchainée naguère par Jean Monnet au capitalisme et à l’atlantisme pro-américain, et qui n’est qu’une caricature de la belle idée européenne telle que l’a rêvée Victor Hugo. Le poète voulait une Europe du progrès culturel et humain, non une Europe de la concurrence libre et non faussée, qui fait du social un résidu facultatif. Le sens de la justice sociale ne doit pas se réduire au supplément d’âme d’un monde sans âme.
Au parlement européen les élus communistes ne manqueront pas de combattre une économie dévoyée par des financiers indifférents au sort des laissés pour compte. Il est temps de refonder l’Europe sur la justice sociale et la responsabilité écologique, sans oublier la laïcité, idéal d’émancipation plus actuel que jamais. Je souhaite un beau succès à Ian Brossat et à sa liste, pour que la France de notre regretté Jean Ferrat parle haut et fort à Bruxelles.

Henri Pena-Ruiz, Philosophe, écrivain, maître de conférences à Sciences-Po Paris.

Dépasser les 5%, un enjeu important

L’élection européenne est une élection à la proportionnelle, donc avec un seul tour. Mais en France il y a une particularité : toute liste qui n’obtient pas 5% des suffrages ne participe pas à la répartition à la proportionnelle. DONC si la liste obtient 4,9% elle n’a aucun élu, si elle a 5,1% elle a quatre élus ! D’où l’importance de franchir ce seuil, cela change beaucoup de choses et renforce l’importance de voter Ian Brossat le 26 mai.

Si nous donnons 1% de plus à une autre liste, nous lui donnons 1% (c’est à dire zéro ou un élu de plus, un “bout” d’élu). Si nous donnons 1% de plus à la liste “L’Europe des gens” nous lui donnons quatre élus !

4 ou 5 élus de la gauche authentique, pouvant renforcer le groupe GUE, cela change complétement la donne. Alors un petit effort, chacun peut convaincre une personne de son entourage.

Et bien sûr cela ferait entrer une ouvrière au Parlement européen, ce qui serait un symbole fort. Et aussi, bien sûr, Ian Brossat dont on a vu la compétence et la clarté dans ses engagements.

Une argumentation claire pour celles et ceux qui hésitent à gauche :


 

Le programme complet de la liste Ian Brossat

Le programme en PDF

La liste des candidats

Et si vous voulez aller plus loin: 84 pages d’analyses et de propositions pour comprendre les enjeux européens (humanite.fr 6,90€)

Comment rebâtir l’Europe : “Spécial Élections Européennes”

 

 

 

Share Button

1 réflexion au sujet de “Donnons un carton rouge à Macron et à son Europe le 26 mai. J’ai dit rouge, pas rose !”

  1. Nous sommes très satisfaits de la démonstration pertinente développée et que nous partageons totalement .Citoyens tous aux urnes avec le bulletin Ian BROSSAT.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.