Macron un président très mal élu – Un système électoral complément dépassé et dangereux.

Le président sortant, s’il est réélu aujourd’hui, l’est uniquement à la faveur d’un rejet de la représentante de l’extrême droite.
Il ne doit pas considérer que ce résultat exprime un soutien à sa politique.

Comme l’a dit Fabien Roussel dimanche soir, Macron ne doit pas “prendre le melon”, car ce n’est pas du tout une approbation de sa politique.

● Le discours électoral :

– 58,54% des français ont approuvé le programme de Macron.

– 41,46% des français ont approuvé le programme de le Pen.

C’est FAUX.

●La réalité électorale :

– 58,54% des 65,8% d’exprimés, soit 38,52% des français inscrits ont voté Macron

– 41,46% des 65,8% d’exprimés, soit 27,28% des français inscrits ont voté Le Pen.

● La réalité concrète :

Au premier tour (avec 72,07% d’exprimés)

– seulement 20,07% des électeurs inscrits ont approuvé le programme de Macron au premier tour. (1 français sur 5)

– seulement 16,69% des électeurs inscrits ont approuvé le programme de Le Pen au premier tour. (1 français sur 6)

Le score de Macron 58% n’a donc aucun sens.

Il résulte en grande part de votes courageux de citoyens hostiles à sa politique mais ayant voulu refuser le risque fasciste.

Le score de Le Pen (42%) n’a non plus aucun sens.

Il résulte en grande partie d’un vote de colère contre Macron et sa politique. Il est évident que les peuples d’Outremer n’ont pas voté pour le racisme et la discrimination mais pour un rejet violent de Macron et de ce qu’il représente.

Et que dire des 8,6% de votes blancs et nuls le 24 avril (6,35% de blancs et 2,25% de nuls) soit plus de 3 millions de personnes qui se sont déplacées pour exprimer leur rejet des deux candidats !

Cette situation dramatique résulte du système électoral actuel complétement dépassé et porteur d’un grand danger. Ce régime présidentiel empêche les gens de voter pour leur choix, empêche de discuter de programme, et oblige à agir par stratégie ou par rejet. Il est source de découragement (voir le taux d’abstention), de division, de colères.

Il faut absolument abandonner ce système d’élection du président au suffrage direct qui, malgré l’apparence, est une négation de la démocratie.
C’est le parlement qui devrait élire le président et celui-ci ne devrait pas pouvoir se conduire en monarque pendant 5 ans mais être contrôlé par les élus et avoir des prérogatives plus réduites, comme dans la plupart des pays.

Il est nécessaire de changer la constitution en ce sens. Mais malheureusement pour l’instant il n’y a que les communistes et les insoumis à avoir ce projet.

Et maintenant ?

Utiliser les élections législatives pour empêcher Macron d’avoir une majorité.

 

La déclaration de Fabien Roussel au soir du 2eme tour

Share Button

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.