Les mots glissants – Le détournement du sens des mots par l’idéologie dominante.

« On ne se méfie jamais assez des mots », écrivait Céline à la fin du Voyage au bout de la nuit. Le dossier « Les mots piégés » du n° 24 de la Revue du projet (février 2013) nous invitait déjà à « lessiver » les mots, selon la formule de Brecht, pour retrouver leurs sens véritables. Nous poursuivons cet essai d’éducation populaire en nous attaquant aussi aux expressions glissantes et à quelques autres tromperies. Le dossier de “La revue du projet” n°48 de Juin … Lire la suite…

Pétition STOP LOI RENSEIGNEMENT vers 150 000 signatures

L’Assemblée Nationale examine en ce moment en procédure accélérée un texte menaçant nos libertés individuelles : le projet de loi relatif au renseignement prévoit de légaliser le droit pour les services secrets d’accéder à toutes nos données personnelles.

Signer sur https://www.change.org/p/retirez-le-pjlrenseignement-le-big-brother-fran%C3%A7ais-stoploirenseignement

Lire la suite…

Synthèse du rapport de la Commission pour la vérité sur la dette grecque

Synthèse du rapport de la Commission pour la vérité sur la dette grecque Un bon résumé de l’audit réalisé sur la dette grecque qui prouve que ceux qui nous dirigent (FMI, UE, BCE, gouvernements) sont des gangsters au service du monde de la finance. Et aussi une petite vidéo “3 idées reçues sur la Grèce”

APPEL au Président de la République

APPEL au Président de la République : “La place de la France est aux côtés du peuple grec

Monsieur le Président de la République,
La crise grecque s’exacerbe de façon alarmante. Chaque jour qui passe peut, soit nous
rapprocher d’un accord utile à toute l’Europe, soit d’une rupture dont personne ne peut
prévoir les conséquences. L’intransigeance des principaux dirigeants européens peut
nous conduire alors au bord de l’abîme.

Lire la suite…

Le mépris

1 -Samedi 13 juin Hollande est sifflé lors de sa visite aux 24h du Mans. Réaction de Stéphane Le Foll, ministre socialiste : “ce sont 2 ou 300 idiots“. Tout est dit, le mépris, l’arrogance, si on conteste on est un imbécile, eux sont les intelligents…. 2 – Lundi 15 juin Valls annonce qu’il va encore utiliser le 49.3 pour imposer la loi Macron ! Mépris des élus, mépris du peuple, mépris de tous ceux qui n’acceptent pas leur logique ultralibérale. … Lire la suite…

Florilège de la pensée unique

Lu sur regards.fr. Pour démystifier le bréviaire des “réformes nécessaires” et de la “réalité” qui exige des “efforts de tous” (sauf de ceux qui les prônent). Cet assemblage d’interviews montre l’idiote et grotesque répétitivité. Il faut convaincre “qu’il n’y a pas d’alternative”, d’où le matraquage. Six chapitres –>    1 – réformes, 2- réalités, 3 – modernité, 4 – efforts, 5 – rigidité # liberté, 6 – augmenter le temps de travail. Le langage commun de tous nos libéraux. Le langage … Lire la suite…

Marchands d’engins de mort

Hollande – Fabius – Le Drian sans aucun complexe sont fiers de vendre des rafales et des armes sophistiquées à L’Egypte, l’Inde, le Quatar, l’Arabie Saoudite, les Emirats, etc… Ce n’est pas pour décorer, ces engins de mort finiront bien par servir, et les régimes qui les achètent ne brillent pas toujours par leur respect des droits de l’homme, quand, pour certains, ils ne soutiennent pas directement des organisations terroristes.Les malheureux qui prendront les bombes sur la tronche auront-ils le temps … Lire la suite…

Islamisme et dictature, les deux faces d’une même pièce

Kamel Daoud et Alaa el Aswany : deux écrivains arabes dialoguent au cœur des convulsions du monde.
Dans l’Humanité  Mardi 2 JUIN, 2015

Les auteurs, l’un égyptien, l’autre algérien, échangent sur le printemps arabe, le poison islamiste, les droits des femmes… entretien exclusif.

Le premier est égyptien. Le second est algérien. Alaa El Aswany et Kamel Daoud sont deux figures de la littérature universelle, deux intellectuels arabes qui, par leur écriture et leur engagement, posent un regard lucide sur les mouvements du monde. El Aswany était place Tahrir dès les prémices de la révolution égyptienne, et auparavant dans l’immeuble Yacoubian où il décrivait à travers les portraits savoureux des locataires de cet immeuble niché au cœur du Caire la corruption et la montée de l’islamisme. Daoud a traversé la « décennie noire » avant de prendre la plume pour exorciser les démons de l’obscurantisme et s’aventurer dans une langue française qu’il a faite sienne. Elle fut le « butin de guerre » de Kateb Yacine, il en fait son « bien vacant ». L’un et l’autre parlent librement. Du pouvoir politique, de l’extrémisme religieux, de la corruption, de la démocratie, de la révolution et des femmes. Leurs propos se situent à contre-courant du flux d’informations anxiogènes qui nous empêche de penser. À la lecture de leurs ouvrages respectifs, on mesure combien l’un et l’autre sont visionnaires, à l’instar de tous les poètes. Alaa El Aswany et Kamel Daoud sont pareils à ces lucioles dont Pasolini déplorait la disparition et qu’ils rallument dans la nuit.

Lire la suite…

INJURE AU PANTHÉON

par YVES LETOURNEUR Déjà traître à lui-même, à ses engagements, Jusqu’à l’extrême de ses honteux reniements, Le voilà de surcroît à tout un pan d’Histoire Ce président borné, qui refuse la gloire Du Panthéon à ces courageux résistants Sans lesquels nous n’eussions chassé les occupants De notre territoire et libéré la France En aidant nos Alliés à pousser leur avance ! C’est qu’ils étaient pour lui et le restent toujours Des ennemis de classe, étrangers au parcours Du camp qu’il représente … Lire la suite…