Énergie : bien public ou source de profit ?

Main basse sur l’énergie

film réalisé par Gilles Balbastre, 2018, à votre disposition sur Internet

Et si derrière le terme policé de « libéralisation des services publics » se cachait en réalité une vaste opération de grand banditisme ? Particularité d’une démocratie, une telle opération ne peut être encadrée que par des lois, réglementée par des décrets, certifiée par le personnel politique et applaudie par grand nombre de journalistes aux ordres.

Depuis 2007, le secteur de l’énergie est entièrement ouvert à la concurrence et faute d’informations, les conséquences funestes de cette dérégulation ont du mal à percer le mur du silence médiatique.

La hausse exponentielle des factures, l’accroissement de la précarité énergétique, sont la partie visible de l’iceberg.

La partie immergée, la plus massive, est peu perceptible. C’est pourtant là que se réalise le braquage de l’argent public, le hold-up des biens de la nation, les agissements des nouveaux maffieux.

Alors, quoi de plus évident que de réaliser un documentaire sur le sujet à partir d’un feuilleton culte des années 60, Les Incorruptibles.

« Main basse sur l’énergie » est bâti autour de six épisodes et déroule, comme dans Les Incorruptibles, son lot de gangsters, de big boss, de seconds couteaux, de politiciens plus ou moins véreux. Sans oublier Eliot Ness, le flic vertueux d’antan transformé en syndicaliste résolu, garant d’un service public de l’énergie plus que jamais indispensable.

Alors pour découvrir un des « casses du siècle », il vous suffit de vous précipiter sur www.mainbassesurlenergie.com.

 

Lire la suite…

La casse du Fret ferroviaire. Macron préfère obéir aux lobbies de patrons routiers qui lancent des milliers de camions polluants sur les routes et exploitent honteusement des chauffeurs étrangers

Un projet de suppression de 3000 emplois dans les cartons de Fret SNCF pour 2018! 14000 cheminots dans cette branche en 2009. 7000 aujourd’hui. Moins de 4000 demain ! Ce même Fret en voie de filialisation, donc de privatisation. Voilà le projet scélérat de la direction de la SNCF. (communiqué par Gilles Balbastre, journaliste, cinéaste réalisateur) A l’heure où le pays étouffe à cause des particules fines – 48 000 morts dus à la pollution chaque année – Guillaume Pépy, avec l’appui … Lire la suite…

Pollution – Lettre de Gilles Balbastre

Et un nouveau pic de pollution aux particules fines !! Un de plus !!

Et pourtant, un silence de plomb succède à une omerta assourdissante.

Voilà comment on peut résumer l’attitude des médias et de nombre de politiques concernant l’épisode dramatique de cette pollution qu’une bonne partie de notre pays traverse depuis plus d’un mois.

Pas un mot ou presque rien sur les ondes, dans les journaux, sur la responsabilité du transport de marchandises par route dans cette catastrophe écologique.

Lire la suite…