Le populisme, une impasse. Revenons au vrai combat, celui contre le capitalisme !

Partager

Un très bon article de David Cyala (cliquer ici)

Le populisme de gauche a t’il encore un avenir ?

David Cyala est universitaire, économiste, membre des “économistes atterrés”.

Extrait : “En fait, le populisme renforce systématiquement une vision du monde qui est spécifique à la droite. En dessinant un monde anomique dans lequel les individus seraient livrés à eux-mêmes, il légitime les conceptions réactionnaires qui entendent réunir le peuple sous des institutions transcendantes fondées sur la religion, les identités culturelles ou une vision fantasmée de l’histoire. Il participe aussi à renforcer le discours ultralibéral qui glorifie la liberté individuelle et nie la légitimité de toute organisation collective, en même temps que l’existence d’un bien commun. Ainsi, en développant une critique aveugle fondée sur les affects, le populisme de gauche tend à renforcer les visions réactionnaires ou libertariennes de la société. Loin de défendre les luttes sociales en proposant une vision cohérente, il nourrit les contestations de toute sorte, ce qui renforce la crise de confiance et affaiblit les bases de la démocratie.”


        Un point de vue personnel :

Le système électoral français avec son élection présidentielle hors de toute démocratie, a favorisé la montée des populismes au détriment d’un choix de société responsable.

Il est d’ailleurs significatif que ce soit trois populistes qui sont arrivés en tête lors de la présidentielle : le “sorte de” populiste “ni de droite ni de gauche” donc de droite, la populiste d’extrême droite, et le populiste de gauche. Ce type d’élection fait choisir entre des personnalités montées médiatiquement et non entre des projets. Cela a d’ailleurs été créé dans ce but, protéger le système et ne pas en sortir.

Le populisme de gauche dévie la discussion hors des choix économiques fondamentaux et propose en fait un type de social-démocratie qui aménage le capitalisme sans le détruire. Ce n’est pas pour rien que Mélenchon a été 18 ans sénateur socialiste – vous avez bien lu dix-huit ans ! – cela laisse des traces.

Cela conduit donc à une grande confusion et à une impasse.
Le système capitaliste détruit les êtres humains et la planète, c’est bien là qu’est le problème.
Les vrais sujets de débat pour en sortir sont évacués : répartition des richesses, organisation du travail, propriété des grands moyens de production, biens communs, capitalisme et son alternative le communisme. 

La discussion qui a lieu actuellement au sein du parti communiste pour la préparation de son congrès d’avril 2023 est intéressante à ce sujet : quelle attitude avoir face à nos partenaires de gauche (3 variantes de sociaux-démocrates), et face au capitalisme ?
Deux tendances se dégagent… à suivre.. La nouvelle orientation du PCF depuis 2018 est prometteuse, reste à concrétiser..

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.