Le coût du capital.

Et que font les banques dans les paradis fiscaux ? Quelques exemples (télécharger en pdf)

Et, à cause de l’entêtement aberrant de Mélenchon et d’Hamon cette situation va durer et s’amplifier car ils vont faire élire Macron qui est le valet des milliardaires et des banques !
Ils auront donc tous les deux une grande responsabilité…

  • 1% de la population détient 48% des richesses mondiales.
  • +53,5 milliards d’€ en 1 an pour les 10 plus grandes fortunes de France, soit une moyenne de 5 milliards d’€
  • 5 milliards d’euros, c’est un salaire de 417 000 000 €/mois soit 285 874 fois le Smic

Le Bulletin de François Ruffin : Sanofi, petits patrons, campagne & Bernard Arnault

De l’importance dans notre argumentation de préciser le terme « patron ». Les petits patrons ont globalement le même intérêt que nous à combattre le capitalisme.

NB : Cette vidéo date de Janvier 2017. François Ruffin est candidat de la gauche d’alternative unie à l’élection législative.

8 personnes = la moitié de la planète !

Indécence de ce monde.

Les 8 hommes les plus riches du monde possèdent autant que 3,6 milliards de personnes. Vu sur RTVB

En pdf sur le site de Mediapart « Huit milliardaires égalent la moitié des habitants de la planète »

https://www.mediapart.fr/journal/economie/170117/huit-milliardaires-egalent-la-moitie-des-habitants-de-la-planete?utm_source=global&utm_medium=social&utm_campaign=SharingApp&xtor=CS3-5

(image issue de Mediapart)

Auchan Tourcoing, le capitalisme et son vrai visage

Les fêtes de fin d’année riment pour la grande distribution avec bénéfices colossaux. Cette année, ces mêmes fêtes se conjuguent en plus pour Auchan avec salarié saccagé.

Les médias sont sortis de leur torpeur saisonnière pour nous conter l’histoire sordide arrivée à Fadila, caissière en contrat de professionnalisation dans un Auchan City de Tourcoing (59). Il faut dire que sa fausse couche sur son siège de caissière a de quoi révolter. Mais ce n’est pas pour autant que cette histoire a fait long feu dans l’actualité. Un petit tour et puis s’en va. Le sort d’un salarié ne va pas empêcher les médias de réveillonner. Et puis, les journalistes sont plus attendris par ce qui se passent dans les abattoirs. Pourtant dans le cas de Fadila, une caméra bien placée aurait peut-être montrée comment elle était traitée. De plus, ces même médias se sont bien gardés de rappeler que Fadila se trouvait en contrat de professionnalisation, en grande partie payé par les impôts, jusqu’à hauteur de 75%. Aucun lien du coup n’a été posé entre la richesse de l’employeur de Fadila, Gérard Mulliez, patron d’Auchan, 3ème fortune française et les cadeaux fiscaux que lui octroient depuis des années les différents gouvernements de droite et socialiste.

Une main qui reçoit les euros, une autre qui frappe les salariés. Merci patron ! —> Un conte de Noël, hélas moderne, communiqué par Nada-info

 On apprécie le discours du PDG en fin de vidéo…

La loi du marché. Bernard Lavilliers Cyril Mokaeish


On vous laisse la tribune
Les honneurs du pouvoir
On vous laisse voler la victoire
On vous laisse le soin de bien ingurgiter
Notre part de votre marché
On vous laisse notre âme sur le bas-côté
Endetté, endetté, en détresse
A genoux de chagrin
D’avoir fait le baise-main
A l’austérité, son altesse

On vous laisse nos hivers
On vous laisse nos étés
De quoi vous distraire
Et nous faire tomber

On vous laisse libéral démocratisé
Chômage à volonté
On vous laisse nos destins s’ouvrirent les veines
En commission européenne
On vous laisse s’allonger la peur dans votre lit
Mais faut pas toujours croire ce qu’on dit
A Athènes Apollon a raison de chanter
Ma liberté

On vous laisse nos hivers
On vous laisse nos étés
De quoi vous distraire
Et nous faire tomber

On vous laisse nos hivers
Et notre dignité
De quoi vous distraire
Pour quelques années

On vous laisse Arcelor Mittalisés
Par Florange, l’or et l’acier
On vous laisse cet étrange capitaliser
Sur la précarité


On vous laisse à vos super hyper profits
Oh la belle vie
Chez Lidl le pack de bières
A des pulsions suicidaires

On vous laisse nos hivers
On vous laisse nos étés
De quoi vous distraire
Et nous faire tomber

On vous laisse nos hivers
Et notre dignité
De quoi vous distraire
Pour quelques années

On vous laisse nos frontières
Se refermer
Homme à la mer, émigré
Cap sur l’Angleterre
Depuis la Guinée
T’as le temps d’apprendre à nager
On vous laisse nos frontières
Se refermer
Sur la Méditerranée
Enfant de la guerre
Cherche un bout de terre
Pour apprendre à marcher

De quoi vous distraire
Pour quelques années

De quoi vous distraire
Pour vous en aller

De quoi vous distraire
Pour vous en aller

De quoi vous distraire
Et vous en aller

ALAIN BADIOU, Penser les meurtres de masse

Le vendredi 27 novembre 2015
Le boomerang est revenu mais pas dans la tête de ceux qui l’avaient lancé.
Devant les victimes, devant tout un pays en état de choc, le pouvoir politique répond par la guerre et l’état d’urgence. L’urgence est de mettre en cause ce virage sécuritaire. Lundi 23 novembre, au théâtre de la Commune d’Aubervilliers, sans publicité et devant une salle comble, le philosophe Alain BADIOU donnait une conférence « POUR PENSER LES MEURTRES DE MASSE ».

Le 19 novembre à l’Assemblée nationale, Manuel Valls déclarait : « Le terrorisme frappe la France non pas pour ce qu’elle fait en Irak, en Syrie ou au Sahel, mais pour ce qu’elle est ». Malgré le choc – ou à cause du choc – nombreux sont celles et ceux qui cherchent à comprendre. Ce choc pourrait être aussi un réveil après des temps de somnolence résignée.
Cette conférence dure près de deux heures. Prenez votre temps. À côté des penseurs à la sauvette et des médias consensuels (et sans suite), nous vous en proposons une version intégrale.

Alain BADIOU : à partir des meurtres de masse du 13 novembre (vidéo 1h46) de Là-bas si j’y suis sur Vimeo.

Michel Surroca : « Une vision du monde contemporain , qui me convient,  par un philosophe peu médiatisé et on peut comprendre pourquoi !!!  1 heure 50 de plaisir et d’effroi . »

Jean Luc Le Guellec : « Nous pouvons ne pas être toujours d’accord avec les thèses d’Alain Badiou mais l’analyse qui nous livre ici nous aide à comprendre les événements tragiques que nous venons de vivre. »

 G.B. : « Un régal de lucidité ! Pas tout à fait d’accord sur la fin, mais une conférence indispensable. Prenons le temps de l’écouter…  Ensuite à nous de réfléchir… seuls et collectivement. »

I.D. : « Une conférence hétérodoxe et riche de Alain Badiou sur la violence dans le monde capitaliste contemporain. Une vision globale et cohérente de notre monde. »

N.P. : « J’ai vraiment trouvé cette conférence excellente et éclairante sur le monde dans lequel on vit. Cela doit nous faire réfléchir et nous aider à construire une gauche capable de répondre aux enjeux planétaires. »

La version texte de cette impressionnante conférence

et la même téléchargeable en pdf

Albert Einstein : « Le capitalisme, voilà la « source du mal »

Incroyable le caractère actuel et universel du texte publié par Einstein en 1949 !

« EST-IL CONVENABLE QU’UN HOMME QUI N’EST PAS VERSÉ DANS LES QUESTIONS ÉCONOMIQUES ET SOCIALES EXPRIME DES OPINIONS AU SUJET DU SOCIALISME ? POUR DE MULTIPLES RAISONS, JE CROIS QUE OUI. »

Je suis maintenant arrivé au point où je peux indiquer brièvement ce qui constitue pour moi l’essence de la crise de notre temps. Il s’agit du rapport entre l’individu et la société. L’individu est devenu plus conscient que jamais de sa dépendance à la société. Mais il n’éprouve pas cette dépendance comme un bien positif, comme une attache organique, comme une force protectrice, mais plutôt comme une menace pour ses droits naturels, ou même pour son existence économique. En outre, sa position sociale est telle que les tendances égoïstes de son être sont constamment mises en avant, tandis que ses tendances sociales qui, par nature, sont plus faibles, se dégradent progressivement. Tous les êtres humains, quelle que soit leur position sociale, souffrent de ce processus de dégradation. Prisonniers sans le savoir de leur propre égoïsme, ils se sentent en état d’insécurité, isolés et privés de la naïve, simple et pure joie de vivre. L’Homme ne peut trouver de sens à la vie, qui est brève et périlleuse, qu’en se dévouant à la société.

L’anarchie économique de la société capitaliste, telle qu’elle existe aujourd’hui, est, à mon avis, la source réelle du mal.

Lire la suite…

Démocratie, laquelle ?

Alain Badiou : la collusion entre « démocratie » et « capitalisme »

http://www.agoravox.tv/actualites/politique/article/alain-badiou-sur-la-collusion-47305
Que signifie la démocratie ?

Alain Badiou marque un point face à Marcel Gauchet lors d’un récent débat sur France 2. Son analyse de la chimère démocratique actuelle est limpide. Elle tient en 4 minutes et laisse entendre les ressorts purement économiques du régime représentatif.

1% des plus riches détiennent autant que 99% des autres sur la planète

capitalismeL’ONG Oxfam publie, lundi 19 janvier 2015, une nouvelle étude, consultable en ligne, révélant l’ampleur des inégalités dans le partage des richesses sur la planète. Selon ses calculs, réalisés à partir de données fournies par le Crédit Suisse, la richesse cumulée des 1 % les plus riches de la planète dépassera bientôt celle détenue par les 99 % restants.

Lire la suite…

Les ânes ont soif

Voilà comment les médias traitent un président démocratiquement élu (l’Equatorien CORREA) quand il n’est pas à la solde de l’impérialisme.
> Une vidéo de 43 minutes réalisée par Pierre Carles 
> Au tableau d’honneur (ou plutôt d’horreur) des chiens de garde, une mention particulière pour Yvan LEVAÏ.
>  

et l’article du Monde Diplomatique de déc 2013 auquel on fait allusion dans le film
http://www.monde-diplomatique.fr/2013/12/CORREA/49902